Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 19:29
L’Avtumat Kalashnikove obrazet 1947 AK47
 
Sûrement l’un des plus célèbres fusils d’assaut de ce siècle, l’AK47 est un fusil de renommé mondiale. Qui peut dire aujourd’hui, en regardant tous les conflits armés, que l’AK47, n’est pas un fusil de haute diffusion. Créé pour l’armée soviétique par Mickhaïl Timofeyevitch Kalashnikove, il sera constamment amélioré, copié et vendu en grand nombre. Apprécié pour son coût et son entretien modeste, ainsi que sa puissance de feu, en revanche il est décrié pour sa mauvaise précision et stabilité. Avec le M16, l’AK47 est le fusil d’assaut du 20éme siècle.
 
Réplique airsoft "customisée" d'Ak47

Naissance d’un mythe
L’AK47 fut adopté par l’armée rouge, pour qui il a été créé, sous l’appellation officielle de « Avtumat Kalashnikove obrazet 1947 ».
Malgré un plan de construction bien établit, Kalashnikove se heurta aux retards de l’industrie soviétique dans le domaine du travail sur le métal. En effet, l’emboutissage est alors une méthode méconnue de cette industrie et les méthodes de réalisation qui s’offraient à eux ne s’avérèrent pas satisfaisantes. Il fallut donc abandonner la première version de l’AK47.
Pour la seconde version, il fallut trouver une méthode mieux maîtrisée alors, celle du fraisage, méthode coûteuse et longue. Hors, l’AK47 se devait d’être une arme de fabrication massive et de faible coût . En fait les machines nécessaires à la réalisation de ces pièces entraînaient un surcoût et des temps de production bien trop élevés. Cette méthode fut tout de même utilisée au début des années cinquante mais aussi très vite abandonnée.
La troisième version fut la bonne. Réalisée avec un boîtier usiné, cette dernière se distingue de la seconde version par certaines modifications destinées à réduire les délais et coût de production.
Pour l’AK47, Kalashnikove reçut en 1949, des mains des mains du dictateur du Kremlin, le prix Staline de première classe pour services rendus à l’URSS.
 
Quelques caractéristiques techniques
 
Le fusil d’assaut AK47 est calibré en 7.69x39mm avec une munition 7.69mm M43. Il est alimenté par chargeurs de 30 coups ou chargeur tambour grande capacité. La vitesse du projectile est de 700m/s pour une cadence de 650coup/min.
Le fonctionnement de l’arme se fait par emprunt de gaz, culasse rotative. Le sélecteur de tir est à trois positions, avec une spécificité, le tir en automatique se trouvant avant le tir au coup par coup, se qui en dit long sur la politique du Kremlin à l’époque.
D’une longueur totale de 870mm crosse déplié pour l’AK47 et l’AKS47 et de 700mm crosse pliée pour l’AKS47, il pèse 5 en ordre combat se qui le place dans la norme des fusils d’assaut.
Enfin, le canon mesure 414 avec 4 rayures à droite au pas de 235mm, la visée étant assurée par un guidon et une hausse à curseur à cran de mire en « V ».
 


Les petits frères de l’AK47
 
Actuellement, on trouve trois types d’AK, l’AK47, l’AKM et l’AK74, toutes trois déclinées en version S pour désigner le modèle à crosse métallique de 170mm repliable. Ces versions sont reconnaissables par une forme très caractéristique et l’utilisation de parties en bois comme la crosse, la poignée et le garde main.
 
L’AKM, avec M pour Modernizirovanny, est la version modernisée de l’AK47. Elle diffère de l’AK47 par une carcasse réalisée par ampage, se qui lui permet d’alléger sont poids, par l’introduction d’un réducteur de cadence de tir et par l’utilisation de l’emboutissage pour les pièces de tôle. Elle diffère aussi par son apparence extérieure, avec l’utilisation de bois laminé, la poignée elle arborant un quadrillage, le garde main s’enflant légèrement, le frein de bouche présentant un biseautage vers le bas, le couvre culasse se ornant de relief sur sa surface et enfin se crosse se rallongeant et s’alignant mieux sur l’axe du fusil.
 
L’AK74 est le dernier développement en date de l’AK74. Désireux de suivre l’exemple de l’Alliance Atlantique, l’AK74 doit apporter une meilleure précision que ces modèles précédents aux distances normales d’engagement. L’apparence, le poids et le volume de l’AK74 ne différent pas trop des autres modèles. Le gros changement vient de l’utilisation d’une nouvelle munition soviétique, le 5.45x39mm tout en gardant le même fonctionnement par emprunt de gaz et culasse rotative. Le chargeur aussi change de forme et prend une couleur orange, qu’en au frein de bouche, il devient volumineux mais il participe mieux à stabiliser l’arme en rafale.
  
De nombreuses qualités mais aussi des défauts
             
Certaines caractéristiques de l’armes, plutôt originales, lui offrent quelques avantages, notamment celui d’éjecter les étuis légèrement vers l’avant, limitant les risques de blesser tout tireurs se trouvant à ses cotés en ordre de combat. Mais ça principale qualité reste sa fiabilité et sa sûreté d’emploi dans toutes conditions climatiques. Ceci est vrai seulement si l’arme est bien entretenue, ce qui est facilité par un démontage simplissime ne nécessitant d'aucun outil spécifique et qui contribue à un meilleur soin de l’arme sur le terrain et donc prévient tout incident de tir.
 
Cette arme a aussi ces défauts, comme l’absence d’arrétoire de culasse en fin de chargeur, utile pour une analyse rapide de l’arme de l’arme en ordre de combat et le levier de sécurité/sélecteur de tir, difficile à actionner avec des gants par exemple voir impossible sur les versions AKS47 et AKMS dont la crosse en position fermée vient se placer sur le sélecteur de tir. De plus, aucun montage pour organe de visée et assistance à la visée n’est possible d’origine. Enfin, l’arme est d’une assez mauvaise précision sur longue distance et il est presque impossible de viser en rafale à cause de la cadence de tir très élevée et de l’absence de frein de bouche.



Munition russe M43:

Cette balle fait autant parti du mythe soviétique que la AK47.
Mise au point par des ingénieurs Elizarov et Semin, certains prétendent que se serait une copie soviétique de la cartouche 7.92 mm Kurz et d'autres qu'il s'agirait bien d'un projet original soviétique des années trente. Sa première mise en service fut pour la carabine SKS45.
Elle se caractérise par une trajectoire en "arc en ciel" pour une dispersion assez aléatoire. Cependant ces caractéristiques plutôt désavantageuses étaient compensées par une doctrine militaire privilégiant le volume de fer.
En revanche, le M43 n'entraîne pas un effet de recul trop fort, favorisant ainsi le contrôle de l'arme. Cette balle, sortie avec 10 ans d'avance, la rendait supérieur à toutes autres armes calibré en 7.62 OTAN. La cartouche soviétique M43 est un modèle intermédiaire d'une longueur de 55,6mm pour un poids d'environs 16.3 grammes.Le projectile de la cartouche M43PS est de type "Full metal Jacket" et pèse 7.8grammes. Sa charge propulsive est constituée de 1.6 grammes de nitro cellulose.

Pour l'AK47, l'AKM et leurs dérivées, les arsenaux soviétique ont produit 5 types de munitions :

-ordinaire à balles de guerre, type FMJ, de 7.8 grammes
-traçante de 7.8 grammes, reconnaissable à la pointe verte, visibleà 800m
-perforante incendiaire de 7.5 g reconnaissable à la pointe rouge et noire, à portée pratique de 300 m.
-incendiaire de 605 gramme reconnaissable à la pointe rouge
-à blanc
 


En conclusion
, l’AK47 est une arme de bonnes qualités, peu chère, fiable et facile d’entretien. Elle difficile à manœuvrer, et ne permet pas beaucoup de modifications, voir aucune, mais sa puissance de feu la rends très appréciée pour les combat rapproché comme en milieu urbain. Elle est constamment améliorée, recopié est restera pour encore longtemps l’armes de prédilection de beaucoup de combattants et de guérillas dans le monde. Elle n'est bien entendu pas en dotation au 22SAS mais les "troopers" sont initiés à son fonctionnement car vu le grand nombre dissiminé sur les théatres d'opération du "Regiment", il se pourrait qu'ils en aient un jour l'utiilité.
  

Partager cet article

Repost 0
Published by TYLER - dans ARMES
commenter cet article

commentaires

naamah 18/10/2009 02:36


Juste une précision concernant le calibre 5.6mm. Egalement appelé Gw Pat 90, il a été concu pour le Stgw 90, le fusil d'assault actuel de l'armée suisse. Sa dispersion est de
63mm (0.72 MOA) à 300m pour 10 cartouches.




Athos 16/10/2009 16:43


De rien très cher ami Helvelte.

A très bientot en live...


DoD 15/10/2009 18:42


OUAIS ATHOS bien parlé.

@clem: non, non, non et non. I utterly disagree.

1. Le 5.6 fédéral existe bel et bien. Effectivement il est plus lourd, plus long et plus chargé. Viens en Suisse tu verras. Et tu seras étonné de ce que nous obtenons comme groupements à 300m.
Une pièce de 5f non mais une tête 8/10. Le FAsS 90 est à chier mais il est très précis, au moins c'est déjà ça.

2. Les AK en 5.56 NATO existent bel et bien. Le fusil d'assuat officiel de l'armée polonaise, le Beryl, est une AK 74 modernisée chambrée OTAN. La vesrion courte mini-beryl dispose de tous les
rails que tu veux. Ultra maniable. QQN qui dit q'une ak n'est pas équilibrée doit être déséquilibré ou n'avoir porté que de l'airsoft.

3. C'est le L85a1 qui était pas fiable. HK (propriété de Royal Ordnance qd même) a refait le a2 qui semble donner satisafaction, mais j'ai pas vérifié. A tel point, paraît-il, que le a2 en
version courte a même été vu aux mains de nos chers SAS qui apprécient d'avoir une arme aussi petite et aussi puissante. C'est cool du 5.56 de 40 cm de long.

4. "Pas de tir à 500m dans les montagnes" (A-stan ou ailleurs): no comment.

6. Toucher un poil à 600m au FRF2: no comment

AK lover all the way, HURRAAAAAH

ABE
DoD


athos 06/02/2007 19:46

Pour vous mettre tous d'accord sur le calibre suisse 5.6 et sur la manie de nos voisins préférés de faire du tir à "longue distance" aux armes standards: voir le dernier Raids.
Les suisses sont des gens quui de tout temps ont aimé la précision et le fait de tirer à 300,400 voir 500m sur des cibles est un passe temps tout ce qu'il y a de plus louable meme si l'interet tactique est limité. De toute façon je n'irais pas pointer mon petit nez en face de leur oeilleton...

herve2005 04/02/2007 10:26

A lire dans le Figaro magazine de ce week end "Une sexagénaire inoxydable " sur l'AK47 (version en ligne disponible)

Articles Récents

Catégories