Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 13:08
Le vieil adage « tu vis avec ton sac, tu combats avec ton gilet et tu survies avec tes poches » est en partie vérifié.

Voici la composition de mon sac à dos pour un scénario "milsim" de reconnaissance et de renseignement sur 72 heures par mauvais temps. Le contenu peut changer suivant le caractère de la mission et la météo mais c'est une bonne base. Je transporte essentiellement l'eau, la nourriture et le kit bivouac.

Le contenu :


à gauche de haut en bas :
- affaires de rechange dans une poche étanche (chaussettes, sous-vêtement, masque de nuit)
- boite incassable (car je l'a met sur le poche frontale) avec le lot de piles, les batteries pour la radio, un accu supplémentaire pour l'AEG et un kit réparation.
- le sur-sac étanche camouflé pour le BFM

au centre de haut en bas :
- un grand kit médical et hygiène
- 24H et plus de nourriture
- une ration TTA 24H française customisée
- un matelas gonflable
- un sac de couchage, son sac à viande et son sur-sac étanche
- une bache épaisse OD pour le sol
- un basha DPM
- des poches poubelles épaisses pour protéger le tout

à droite de haut en bas :
- le kit bivouac (sardines, para corde et tendeurs)
- le sac d'hydratation 2 litres
- une pelle pliante

Il s'agit de matériel de confort, le nécessaire vital à la mission est transporté dans le gilet de combat et la smock. J'ai ma cantine, 24h de ration, deux gourdes ainsi que la gore-tex sur mon gilet et la smock.

Le contenant :



Mon sac trois jours BFM fabriqué par Camelback sans la sangle dorsale.
J'ai utilisé durant plusieurs années un sac bergen 100 litres qui permet un plus grand emport, on bénéficie d'une marge de manoeuvre par exemple, si on doit vider le camp de base rapidement, on peut tout fourrer à l'intérieur ce qui n'est pas le cas du BFM où tout doit être bien rangé pour gagner de la place. Cependant le BFM est mieux conçu, il est plus léger, son port est agréable, il est donc parfait pour ce genre de mission. Pour le transport d'outils ou de munitions, il faudra quand même voir plus grand. 

Le contenu dans le contenant :

Je suis autonome pour une durée de 72 heures voir plus avec un poids de 12 Kg.


La pelle et le sur-sac camouflé sont situés dans les poches latérales pour un accès rapide, de plus une fois sale et mouillés, ils ne souilleront pas les autres affaires. Le basha DPM, qui est la première chose que j'installe pour mon bivouac, est dans la poche frontale inférieure pour les mêmes raisons. Sur la poche frontale, je mets le nécessaire d'entretien et les piles dans une boite incassable. Il me reste de la place que j'utilise comme fourre-tout. 
Dans le sac, de bas en haut, je met la bâche, le sac de couchage qui sera compressé par le poids des ration et du kit médical. Le sac étant légèrement pyramidal, je complète les espaces avec le kit bivouac et au dessus le matelas gonflable que j'aurai préféré mettre en dessous mais je n'ai pas la place.
Il y a beaucoup de rangement dans le sac BFM mais je ne l'ai utilise pas, je préfère les boites en plastique car elles sont étanches, solides et on voit ce qu'il y a à l'intérieur.
Je consomme en priorité l'eau et la nourriture du sac gardant ce que je transporte sur moi pour les coups durs.



On est loin des "frigos" transporté par les SAS, il s'agit simplement de matériel pour un bivouac "milsim" confort.
On organise au mieux le contenu avec le reste du groupe, je peux par exemple remplacer mon basha ou ma bache pour un monoculaire puissant, puisque j'ai pris une pelle, mon binome prendra la scie pliante etc etc.

Partager cet article

Repost 0
Published by MENATOR - dans TECHNIQUE
commenter cet article

commentaires

jigen 11/11/2009 19:06


votre proposition est alléchante et me flatte énormément, mais mon âge canonique me ferme certainement la porte de votre profession, cela mérite tout de même réflexion.

la conversation que nous avons, d'après les retours que j'ai de la part de quelques lecteurs passionne beaucoup de monde, vous apportez beaucoup à notre loisir Mr Chapmann, il serait dommage de
continuer cette conversation en aparté.

je comprends qu'au bout de quelques mot au sujet de vos procédures vous en arriviez à un "j'en ai trop dit", mais comprenez que nous restions sur notre faim.
sans entrer dans le détail propre à votre service il existe certainement des grandes regles dont vous vous êtes inspirées dans vos entraînements (celles du 13 rdp par ex).
pouvez vous nous en dire un peu plus sur leur façon d'aborder un itinéraire, de preparer une mission, comment se passe la constitution de leurs équipes.....etc


Chapman 11/11/2009 17:47


j'ai oubliez, pour mon passé, j'ai en effet servis dans une unité para ou comme toutes les unités Française, il y a une formation infanterie, qui reste la base du combat .... car avant d'être
commando ou autre, bein il n'y a pas de secrets, il faut savoir marcher, courrir et se battre comme un fantassin ....

Après pour ce qui est de  mon entrée dans le rens ... disons que j'ai eu les bonnes opportunités au bon moment.... Mon passé militaire à en effet aider, mais ce n'est pas non plus ce qui
penche le plus dans la balance... Je dirai que l'adaptation, la recherche constante des nouvelles techniques, l'envie d'apprendre, le fait de se remettre en question, font que cela joue pour nous
lors des sélections...

je ne sais quel métier vous faites, ni votre âge .... mais si un jour vous étiez intéresser, nous pourrions en parler autrement que sur le blog .


Chapman 11/11/2009 17:39


Jigen pour info, notre travaille peut être dangereux, comme toute personne qui travaille pour la sécurité du public et de l'état. Pour cela nous sommes bien sûr armés et avons un entraînement au
tir et à mains nues assez régulier.

Pour ce qui est des missions, nous ne faisons pas comme le 13, même si nous-nous sommes inspirés de cette unité. Nos sacs ne sont pas des 30L en effet, mais nous partons pas non plus 2 semmaines
(quoique c'est déjas arrivé à des équipes) ....

Pour ce qui est du matos, nous sommes équipés essentiellement en matériel Brit, car à nos yeux, il est de meilleur qualité et surtout le cam est supérieur à celui de l'armée française.

Pour l'approche de nos objectifs, j'en ai déjas trop dit


jigen 11/11/2009 16:29


@chapmann
vos réponses sont un peu évasives mais ça se comprend. votre travail est respectable et certainement parfois dangereux, donc n'hésitez pas à me recadrer, si mon enthousiasme pour votre domaine
d'activité me pousse à l'indiscrétion.

vous parlez d'une approche très longue, mais est ce que cela ne pose pas un problème de ravitaillement (donc de discrétion).

j'imagine qu'avec tout le matériel + les vivres, vous devez ressembler aux militaires du 13 rdp au moment de l'infiltration (les photos de leurs sacs sont impressionnantes). j'entends par là que le
sac que vous portez ne doit pas être un 30L.
avez vous quelques tuyaux à nous fournir e ce côté là?
des marques, des types de matériel, une façon de ranger le matériel peut être......

autre question (indiscrète) votre parcours militaire vous destinait il à une carrière dans le renseignement "civil", est ce LA filière royale car lorsque vous avez narré votre anecdote sur la
Yougoslavie, j'en ai déduis (peut être à tord)que vous étiez dans un régiment avec une orientation infanterie, pourriez vous nous éclairer?
votre passage au sein de l'armée française vous a t'il ouvert des portes?

merci 


Chapman 11/11/2009 10:23


Jigen, je vais essayer de répondre à vos questions... tout à bord, une approche se fait toujours de manière lente et attentive, ce n'est pas parceque nous ne voyons pas que nous sommes pas vus !!!
donc parfois ça peut effectivement prendre du temps, neaucoup de temps, mais ce dernier joue pour nous.
Je ne donnerai pas la constitution d'une équipe... pour des raisons évidentes.
Pour ce qui est des besoins naturels, nous ne sommes pas en temps de guerre et pays ennemi, mais nous faisons attention à une certaine discrétion.

Pour ce qui est des distances auquels nous travaillons, je resterai très evasif sur le sujet. Disons que nos distances permettent d'identifier au mieux la cible.


Articles Récents

Catégories