Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 11:11

 Je tenais depuis quelques temps à aborder le sujet du motif de camouflage de la British Army, le désormais célèbre Disruptive Pattern Material (DPM), littéralement "tissu à motifs qui déroutent".

En effet, si les photos de SAS sont rares, certaines montrent les troopers fidèlement vêtus de leur camouflage national, en version tempérée (woodland) et surtout en version désert (vu l'actualité depuis 1991).

L'efficacité du DPM n'est plus à démontrer depuis sa "naissance" en 1968 et son adoption, l'année suivante, par l'armée britannique. Voilà donc 40 ans que le DPM accompagne les soldats de Sa Très Gracieuse Majesté aux quatre coins du monde.

Malgré quelques refontes, le camouflage, dans ses deux versions, est presque resté le même depuis le début. 
 

Son efficacité est incontestable et les forces spéciales ne se privent pas de l'employer, au Royaume-Uni, mais aussi en France, aux Pays-Bas et dans d'autres pays tels que la Russie (sous un autre nom toutefois).

Mais depuis 2002, un nouveau camouflage à la conception entièrement informatisée a fait son apparition: le Multicam, de la firme américaine Crye Precision.

Annoncé comme révolutionnaire, le Multicam est destiné à procurer à celui qui le porte un camouflage très correct sur la plupart des théâtres d'opérations, que ce soit le désert, la forêt, la savane ou la jungle.

Si la conception du DPM repose sur des motifs peints, impossibles à décrire, et qui décomposent la silhouette humaine, celle du Multicam se fonde sur la perturbation de l'œil (et donc du cerveau) humain, par une certaine fusion de couleurs remarquablement choisies.



Ce post n'a pas pour vocation de critiquer sans fondement tel ou tel camouflage, mais a pour but de comparer le DPM au Multicam, car de récentes photos attestent du port du Multicam par des Forces Spéciales britanniques, sans parler des Contractors, en Irak, et très certainement en Afghanistan.

 

Pourquoi comparer le DPM au Multicam?

 

Pour comparer le meilleur, tout simplement.

L'armée britannique est connue pour son pragmatisme, et cela se ressent aussi dans son camouflage.

Les amateurs de camo le savent, ainsi que les reenactors tels que mes fellow troopers du monde du 22sas12, sans parler des FS, bien sûr. Le DPM est le meilleur camouflage disponible pour le milieu tempéré, malgré son âge et la concurrence féroce. Les couleurs sont justes et surtout le motif, qui fait sa force et son incontestable efficacité. Nombreux sont les camouflages performants, notamment les récents pixélisés, mais l'effet et le rendu ne sont jamais aussi bons (voilà, entre autres, pourquoi l'armée brit n'en a pas encore changé).

 

Le Multicam semble venir bouleverser la donne, par son aspect et sa conception particulièrement complexe. Très prisé des FS, des contractors et du monde de l'Airsoft, ce camouflage est pressenti comme le futur camouflage de l'armée US, en particulier de ses FS. Dans certains milieux, on ne jure plus que par le Multicam, d'autant plus que c'est un camouflage très esthétique (notion quelque peu antinomique toutefois pour un camouflage...).

 

Voici donc un comparatif réfléchi et neutre de ces deux camouflages. Personnellement, j'utilise les deux à parts égales, pour mes activités favorites: l'observation et l'espionnage animalier.

Comment comparer le DPM au Multicam?

 

De la manière la plus pratique et neutre qui soit.

 

Je suis parti en randonnée (chez moi, dans le Mercantour) avec un ami, et chacun portait son camouflage. Moi en DPM et mon pote en Multicam.

Ma veste est une chemise "temperate combat shirt, woodland", DPM Soldier 95, déjà bien portée, constituée de polycoton (65% polyester/35% coton), un excellent tissu confortable, solide et séchant vite. C'est le modèle réglementaire de l'armée Britannique (c'est dire).

La veste de mon pote est une Army Combat Shirt de la firme américaine Propper, en camo Multicam original, 50% nylon, 50% coton, tissu apparemment indestructible, mais plus rêche et moins confortable que la veste en DPM. Veste achetée neuve mais déjà bien portée et lavée. Les satanés velcros chers à l'armée US ont été retirés pour plus de discrétion.

 

Les photos que vous allez voir ont été prises de la même manière exactement, pour le DPM et pour le Multicam. Ce que vous voyez est simplement un "trucage" plutôt grossier, je vous l'accorde, mais suffisant, qui consiste à "découper" une veste pour la "coller" à côté de l'autre.

 

Important pour la neutralité du test, et j'insiste là-dessus, les deux camouflages ont été photographiés au même endroit et sous la même lumière, chaque fois à la même distance pour la même situation, entre 5 et 20 m. Les photos "truquées" sont donc valables.

 

Pour éviter une surcharge de photos au blog, j'ai simplement découpé une veste pour la coller sur la même photo que l'autre veste, faisant d'une pierre deux coups. Et pour un meilleur rendu, j'ai fait disparaître nos visages et nos pantalons en collant des morceaux de décor pris sur le contour direct de la veste. Ce qui n'a aucune incidence sur l'objectivité du test.

 

Sur les photos, regardez en détail les camouflages, mais regardez aussi les points rouges aux quatre coins, qui vous permettent de vous rendre compte de leur efficacité réelle dans leur environnement et quand vous ne les regardez pas directement.

 

Les photos sont brièvement commentées, notées comme un match entre deux joueurs.

 

Comparaison sur fond végétal total (gros roncier), hors couvert, avec soleil naissant, de face.

Le DPM l'emporte, par son motif brisant et surtout ses couleurs. Le Multicam est bien trop clair et pas du tout disruptif.    

DPM 1-MCam 0

 

Comparaison sur fond de mur de pierre (valable pour la plupart du bâti en général). Le Multicam l'emporte, car les couleurs fusionnées du motif sont quasiment celles du mur derrière, aussi variées et mêlées. Les plis du vêtement créent des ombres suffisantes pour briser la silhouette humaine déjà très bien fondue. Le DPM est là, un peu trop sombre, et l'aurait emporté s'il avait été sur le toit herbeux...

Quand on regarde les points rouges, la veste Multicam disparaît du décor...

DPM 1-MCam 1

 

Comparaison sur fond de pelouse alpine mixte parsemée de rochers, en lisière de forêt. Faible soleil du côté droit.

Le Multicam l'emporte, grâce à ses couleurs équilibrées entre les rochers et la pelouse alpine. Les décors à grande surface, sans ombre, sont à l'avantage du Multicam.

Le DPM l'aurait emporté 15 m en arrière...

DPM 1-MCam 2

Comparaison sur fond d'écorce de pin sylvestre. Faible lumière solaire du côté gauche.

Là encore, les couleurs du Multicam font la différence, contre le tronc de l'arbre.

Mais un jugement objectif tient compte qu'on se déplace entre les arbres.

Le DPM l'emporte entre les arbres, le Multicam contre...Match nul.

DPM 2-MCam 3

 

Comparaison sur fond de paroi rocheuse piquée de buissons. Soleil voilé.

On remarque que le Multicam a quasiment l'aspect du rocher. Cependant, la couleur Tan du DPM ainsi que son taux élevé de vert feuillage lui permettent de se fondre entre la roche et les buissons de la paroi.

Le parfait camouflage dans cette situation serait un panachage des deux camo.

Là encore, match nul, même si la raison donnerait le Multicam vainqueur, par son spectre des couleurs plus étendu et donc, sa plus grande capacité à évoluer dans le décor.

DPM3-MCam 4

 

Multicam en sous-bois vert, typique des zones tempérées d'avril à septembre. Lumière faible de fin d'après-midi. Savant équilibre des couleurs du Multicam entre celle des troncs d'arbres, des pierres moussues et de la terre nue. Très bon rendu général, mais manque important et pénalisant d'effet disruptif. La silhouette n'est pas brisée. Une masse d'une couleur indescriptible apparaît, pouvant être confondue du coin de l'œil avec un rocher ou une souche. Mais attention quand on regarde droit dessus, en détail...


DPM en sous-bois vert, exactement au même endroit que la précédente. Au premier coup d'œil, le camouflage semble trop foncé, mais l'effet disruptif du motif et l'alternance clair-foncé l'emporte sur le rendu général du Multicam. Là, le DPM règne presque sans partage, parce que son motif, contrairement au Multicam, brise la silhouette humaine. L'observation du camouflage dans le détail a influencé ma décision.

DPM 4-MCam 4

Multicam sur fond de litière du sous-bois. Dominante marron-roux. Pas de lumière. Même problème que dans la précédente situation: les couleurs du Multicam sont les bonnes, mais l'effet non disruptif frappe durement. Le rendu général est toujours le même. Masse indescriptible dans les teintes du milieu, efficace dans l'immobilité, dangereuse dans la mobilité. La silhouette humaine n'est pas brisée au niveau même de la tenue. Il faut compter sur des éléments du décor pour y remédier.


 

DPM au même endroit que la photo précédente. Le rendu général du DPM dans son domaine sacré se passe de commentaire. Le porteur de DPM est presque invisible, à seulement quelques mètres. L'effet disruptif est à son paroxysme, renforcé par la justesse des couleurs. Fixez les points rouges avec insistance, le camo semble disparaître dans le décor.

DPM 5-Multicam 4

 

Les résultats du match

 

Aux points, le DPM l'emporte d'1 sur le Multicam, simplement parce que deux situations forestières ont été considérées. J'en conclue donc que ces deux camouflages sont aussi efficaces, malgré leurs grandes différences d'aspect, de conception et d'âge (donc, de contexte de création). Le Multicam a été pensé avec l'influence passive des futurs théâtres d'opérations au Moyen-Orient.

 

Ma conclusion

 

Cette conclusion est personnelle, n'engage que moi, au travers des images de ce test.

 

Le DPM est pour moi le meilleur camouflage en zones boisées.

J'en ai testé plusieurs depuis des années, du Centre-Europe Français aux Vegetato et San marco italiens, en passant par le Woodland US, le Tiger ou les camouflages à pois des pays germaniques.

En mileu boisé, végétalisé, il n'y a pas meilleur que le DPM britannique (il n'y a qu'à voir qui l'utilise...). Le Marpat US est très bon, mais n'a pas d'effet disruptif.

Briser la silhouette humaine et la gommer du paysage est la première vocation du camouflage vestimentaire.

Le DPM s'acquitte avec excellence de cette tâche dans sa version tempérée, mais aussi dans sa version désert, mais c'est bien dans sa version tempérée qu'il est indétrônable. Il est toutefois perfectible hors de son contexte, comme tous les camouflages à destination des zones boisées, mais il se défend bien une fois délavé.

 

Le Multicam est, quant à lui; le meilleur camouflage disponible pour les zones non boisées, peu ou pas végétalisées. Sa force réside dans son évolutivité, son pouvoir à passer d'un environnement boisé à une zone sans végétation avec succès, sans casse. Le Multicam est parfait, je le dis sans retenue, pour la montagne, où les versants alternent entre végétation et nudité rocheuse.

Il est un compromis idéal et jusqu'alors inconnu dans le domaine, pour qui opère dans un environnement très variable, comme l'Europe méridionale, les zones tropicales, semi-désertiques (Afghanistan et Irak). 

La faiblesse du Multicam provient justement de sa polyvalence. Il est excellent en milieu peu ou pas végétalisé, particulièrement le rocheux et l'aride, quel qu'il soit. Mais s'il trouve toujours une couleur pour se fondre dans tous les environnements, il est handicapé par certaines de ses autres couleurs alors: un peu trop jaune pour la forêt, un peu trop vert pour le désert et indiscret en sous-bois à cause de ses tâches blanches.

Comme il n'est pas disruptif, il est bien moins bon que le DPM en sous-bois. Le manque d'effet disruptif est typique des camouflages US, comme l'esthétique manifeste.

Enfin, le tissu employé (ny/co) pour la veste Propper ACU, s'il me semble indestructible (vraiment), brille bien trop à mon goût dans la pleine lumière.

 

J'en profite pour souligner aussi qu'il ne peut exister de camouflage universel, aussi vrai que les décors terrestres sont tous différents. 

 

DPM + Multicam ?

 

Oui et cent fois oui!

 

En tenant compte des qualités, des défauts et du spectre des compétences de chaque camouflage, on peut en déduire que l'association du DPM et du Multicam est plus que conseillée, et ce, quel que soit le milieu.

 

Amorcée en Irak en 1991 (patrouille B.2.0), assumée en Astan depuis 2002, le panachage des camouflages boisé-désert a prouvé son efficacité au combat.

 

Nous pouvons en déduire que le panachage des tenues DPM et Multicam nous procurera le meilleur des camouflages vestimentaires non 3D (ghillie suits).

 

Dans la logique des choses, il faut alterner intelligemment les deux camo.

Le plus raisonnable semble:

_ Chapeau multicam, plus clair que le DPM, car la tête est souvent à la hauteur de la ligne d'horizon et qu'elle doit briser les teintes de la veste au-dessous.

_ Veste DPM, le buste étant en priorité la partie du corps à "briser" et la végétation buissonnante et arbustive étant la plupart du temps à hauteur d'homme.

_ Pantalon Multicam. L'idéal serait un pantalon mixte: cuisses DPM et guêtres Multicam. Le camo plus clair doit toujours être porté en bas, été comme hiver, à cause des changements de lumière, mais aussi et surtout à cause de l'évolution saisonnière de la végétation. Les 30 premiers centimètres de la végétation changent moins que le reste, plus haut.

_ Equipements (gilets et vestes tactiques, etc...) en Multicam: sur une veste DPM, un kit Multicam apporte un effet tridimensionnel, comme des pierres au milieu de la forêt.

 

Le mélange des deux me paraît le meilleur compromis entre furtivité et pragmatisme.

 

 

Ce test est à présent terminé. J'espère qu'il permettra à qui le lira de comprendre mieux l'univers et les subtilités du camouflage et de tirer le meilleur de chaque camouflage.

Ce post s'adresse aux bêtes de terrain dont les membres du 22SAS12 et ses "fidèles" font partie. Il s'adresse aussi aux reenactors de tous horizons, aux airsofteurs passionnés et impliqués.

Il ne s'adresse par contre pas, et je mets un point d'honneur à le dire, à ceux qui l'utiliserait pour nuire à la Nature et notamment à la faune sauvage.

 

On ne se camoufle bien qu'en comprenant et qu'en respectant son environnement.

 

"Nul ne verra, nul ne saura"


Test et photos réalisé par "Le Phasme" en Mai 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by LE PHASME - dans TECHNIQUE
commenter cet article

commentaires

Greg 11/03/2017 11:14

Très bon article. Bonne conclusion.
Néanmoins vous avez oublié de tester ces camouflages en zone urbaine. La guerre dans les bois c'est fini.
Les nouveaux camouflages sont conçus pour être performants avant tout en zone urbaine ou rurale de guerre. Donc au milieu de décombres et tout de même s'en sortir pas trop mal en zones boisées. Ce qui n'est pas le cas de l'acu. Mais bien du multicam du mtp et autres camo badland.
Bien à vous

Greg militaire depuis plus de 20 ans

athos 15/07/2010 15:27



d'accord avec Roro!!



Romain 15/07/2010 14:22



Dites vous une chose avant tout : avant l'uniforme il y a l'homme avec sa rusticité, , son physique, ses connaissances du terrain,... son esprit !


N'oublions pas que c'est l'essentiel. N'oublions pas qu'avant de s'entrainer avec glocks ou des Five seven ; avant de porter du arktis ou je sais pas quoi d'autre, les Forces spéciales, ou tout
autre soldat commence à s'entrainer en treillis F1 et avec un MR73 ou un MAS G1.


Un bon un FS est avant tout un bon fantassin.


Je me permets de le rappeler parce que des fois j'ai l'impression qu'on se "branle la nouille" sur des détails. Que ce soit Auscam ou DPM, ces camouflages sont éfficaces. Point.



le phasme 15/07/2010 12:28



pour ma part, il y a belle belle lurette que je me persuade de l'efficacité de l'auscam sous nos latitudes et de sa grande polyvalence. Il est en tous cas plus disruptif que le MCam...



Groll 14/07/2010 18:49



Arf... Alors dans ce cas il ne me reste plus qu'a relire une derniere fois les articles de ce blog, embarquer ma veste DPM et esperer que cela suffira à me planquer du chatiment de ce fan club ^^


 



Articles Récents

Catégories