Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 17:37

Kalash & Chicom

Un couple légendaire

Photo 1

 

 

Cet article se veut un peu inhabituel. Il n'est pas à proprement parler un article scientifique, ni véritablement une review. Il se veut pragmatique, basé sur les RETours d'Expériences de ceux, et ils sont nombreux, qui ont utilisé ou utilisent encore une Kalashnikov et le porte-chargeurs Chicom.

Les photos qui illustrent l'article ont été effectuées avec la réplique Airsoft d'une AK47S et un véritable porte-chargeurs Chicom.

J'ajoute, en outre, qu'aucun des deux modèles n'a été maltraité au cours de la prise de vues.

 

La Kalashnikov  

 

Photo-2-copie-3.JPG

 

 

QUI?

 

Ce terme usuel s'applique aujourd'hui à tous les dérivés directs du célébrissime fusil d'assaut AK47, inventé à la fin des années 40 par Mikhail Kalashnikov. Cette histoire, tout le monde la connaît, aussi, personne ne m'en voudra si je ne m'attarde pas dessus. Si vous souhaitez connaître le sujet, cliquez sur ce lien.
 

L'AK47 a donné naissance à une foultitude de rejetons de renommée, tels que l'AKM, l'AIM roumaine (avec poignée avant en bois), le Type 56 chinois, la Valmet Finlandaise, le Galil Israélien, la VZ-58 Tchèque, la Zastava M-76 yougoslave, l'AK74 soviétique (5.45mm) et tous ses nouveaux dérivés de la famille AK100, chambrés pour certains en 5.56 mm. Sans oublier les fusils qui reprennent sa conception, comme les SIG suisses (qui sont de l'horlogerie fine).

 

La Kalash (appelons-la par son petit nom) est, qu'on le veuille ou non, une des inventions majeures du Vingtième siècle, au même titre que le lave-linge, le PC, l'automobile, l'avion et la télévision. Tout le monde a au moins une fois entendu parler d'elle et pratiquement tout le monde, même les béotiens et ceux qui rejettent les armes, sont en mesure de la reconnaître.

Cette arme a fait le tour du monde moins rapidement que Philéas Fogg, parce qu'elle s'est arrêtée dans presque tous les pays…

Elle est aujourd'hui l'arme la plus utilisée au monde.

 

 

Photo-3.JPG

 

 

OÙ?

 

En Amérique Latine, elle arme les guérilleros de tous poils, les cartels et même encore aujourd'hui l'armée du Venezuela (qui a récemment opté pour la version AK 103 en 7.62x39mm) et de quelques autres tout petits pays, malgré l'avènement continental de sa consoeur d'origine US, la M16/M4.

En Amérique du Nord, on la trouve dans les stands de tir, mais aussi malheureusement dans tous ce que les mégapoles comptent de gangs, de milices suprématistes et de tarés en tous genres.

 

En Europe, la Kalash semble voyager de pays en pays, aussi librement que le ferait un ressortissant de la Zone €uro. Elle équipe encore la plupart des armées de l'Est qui, petit à petit, s'orientent vers des fusils plus "occidentaux". Là encore, la Kalash se retrouve hors du contrôle de ceux pour lequels elle a été conçue: les militaires. Sans pour autant la dénicher sur les étals du marché à la truffe de Sarlat, on la trouve sous le manteau dans ce que les spécialistes appellent les "Zones Grises". Certaines zones d'Europe sont d'ailleurs plus propices que d'autres, notamment l'Ex-Yougoslavie, l'Albanie, la Campanie (pays de la Camorra) et, cerise sur le gâteau, la "mythique" Transnistrie…

A l'échelle Européenne, l'AK 47 équipe les mouvements mafieux, les gangs et bien évidemment, certaines organisations terroristes (IRA ou ETA pour citer les plus célèbres). De temps à autre, lorsque survient un mitraillage, un règlement de compte à l'arme d'épaule ou une attaque de fourgon blindé, le nom de Kalashnikov revient sur le devant de la scène journalistique.

Photo-4.JPG

 

En Asie, la Kalash est utilisée par... tout le monde. Elle règne en maître incontesté sur tout le Proche et le Moyen-Orient, même si là aussi, le "Black Rifle" Américain s'installe confortablement depuis le 11 septembre. On la trouve aussi bien aux mains des militaires que celles des Talibans, des terroristes, des miliciens de tous bords et, plus surprenant, des nageurs de combat Israéliens du Commando Yami (pragmatisme et mimétisme). L'AK et ses premiers dérivés sont partout et ceux qui s'en servent à bon ou mauvais escient profitent de l'abondance et la facilité d'approvisionnement de cette arme, induites par la proximité de la Russie, de la Chine et de l'Iran qui en inondent littéralement la zone, aidés en cela par les transactions illégales et les marchés parallèles.

En Extrême-Orient, on a vu ce que la Kalash pouvait donner aux mains de miliciens formés à la chinoise, lors de la guerre du Vietnam et des conflits qui vont "rougir" la péninsule du Sud-Est Asiatique durant les années 60 à 90. La rusticité et la simplicité de l'AK font merveille dans les jungles terribles de cette région.

Enfin, en Afrique, la Kalash fait malheureusement partie du paysage… Sur continent ravagé par la guerre, certains pays vivent à son rythme. Le Mozambique en a même une sur son drapeau. Tous les mouvements rebelles, quasiment toutes les armées, hormis quelques zones sous influences coloniales (G3 portugais, Famas Français, FAL Belge), sont équipées en Kalashnikov. Comme l'a dit un jour à son sujet, Laurent-Désiré Kabila, le Dark Vador du Congo: "même un singe peut se servir d'une Kalash". Sans aller jusque là, c'est la simplicité du système AK et une fois encore, sa rusticité, qui ont amenées à cette arme sa place en Afrique. L'exemple le plus triste et le plus probant reste celui des enfants-soldats, si nombreux en Afrique, qui eux aussi, partent sur les sentiers de la guerre une AK à la main.

 

 

Photo-5.JPG

N'importe qui, pour peu qu'on lui montre quelques minutes, est capable d'utiliser et de démonter une Kalash. C'est, entre autres, ce qui la rend aussi populaire que dangereuse.

 

COMMENT?

 

Pas besoin de vous faire un dessin.  Si l'AK 47 reste aussi populaire 60 ans après sa création et si, approximativement, il s'en est fabriqué entre 80 et 100 millions d'exemplaires en ce laps de temps, c'est qu'il y a une recette au succès, qui ne se démentira jamais.

 

La Kalashnikov fonctionne. Point Barre.

 

Fiabilité: Elle marche partout et tout le temps, dans tous les milieux et même, comme l'a écrit John Geddes "si vous la remplissez de sable et oubliez votre chiffon à l'intérieur".

Ce n'est pas exagéré. Une vidéo Youtube montre un test réalisé pour Blackwater. La culasse d'un AK 74 (donnée pour être encore plus fiable) est remplie de terre; l'arme continue de tirer. Une autre vidéo montre un autre gars jetant sa Kalash sans ménagement et plusieurs fois, pour un résultat identique.

Elle a fait ses preuves plus qu'il ne faut dans les coins les plus moisis de la planète et jamais personne n'a eu à s'en plaindre, hormis ceux vers qui elle était braquée…

La boue, la pluie, le sable, la crasse et la connerie (semble-t-il) ne vienne pas à bout d'une Kalash en conditions opérationnelles.

Elle est conçue de manière simple, avec peu de pièces, pour une utilisation par un conscrit à peine sorti de l'œuf. A l'époque Soviétique, un soldat connaissait les fondamentaux de son fusil en quelques minutes.

Photo-6.JPG

 

Les raisons de son succès sont tout aussi simples: un canon chromé qui ne nécessite presque aucun entretien. Un jeu entre les pièces qui autorise ce qui n'est autorisé à aucune autre arme de la même gamme. Sa solidité et sa rusticité sont exemplaires, au détriment du confort, de la flexibilité, et, surtout de la précision.

 

Solidité: un soldat sera mort vingt fois avant que sa Kalash ne cède. Les raisons: du bois et du métal usiné. Un jeu entre les pièces plus important qui permet de supporter les contraintes du terrain au cours d'un combat.

Rusticité: lorsque j'emploie ce terme, je veux bien sûr parler de sa facilité d'entretien légendaire qui lui permet de toujours faire feu, dans les mains de n'importe qui. Sans trop exagérer, la Kalash, c'est un culasse, un ressort, un couvercle et un chargeur et… en avant Guingamp! Ca tire et, pour peu qu'on oublie de la décrasser pendant plusieurs semaines, ça tire quand même.  

Photo-7.JPG

 

Confort: ne vous fiez pas aux dernières versions "fashion" de la kalash, avec 2 kilos de Rails Picatinny et crosse en ronce de noyer. L'AK n'a pas été conçu à une époque où l'esthétique préoccupait beaucoup les armuriers. Dois-je insister sur le fait qu'elle a été conçu dans l'optique d'une guerre de conscription massive, dans un contexte probable de volume de feu démesuré, donc, à des années-lumière du confort individuel du soldat, ce qui est le cas aujourd'hui. De surcroît, la vie du fantassin en URSS n'avait pas le même coût qu'aujourd'hui…en occident.

Voilà pourquoi, dans ce contexte, on n'allait pas s'embarrasser à bichonner l'épaule du soldat. La Kalash, c'est une crosse virile en bois brut, avec une plaque de crosse tout métal (ou des crosses "squelettes" rabattables terrifiantes et qui portent bien leur surnom). Le recul engendré par une mignonne 7.62x39, quand il est "amorti" par du métal, occasionne à coup sûr un joli hématome à l'épaule du tireur. Voilà comment, notamment dans les opérations de contre-insurrection (Tchétchénie, Irak), on déniche un tireur qui croyait se fondre parmi les civils…

L'arme n'a pas non plus de lignes très ergonomiques, car elle n'est pas destinée, à la base, aux opérations spéciales, mais bel et bien au combat mécanisé-débarqué intense et rapide (à la Soviétique), ce qui explique qu'elle n'est pas spécialement agréable à transporter, à empoigner et à épauler.

Flexibilité: l'AK est un peu l'antithèse de la flexibilité. Sa conception aussi classique que standard, ce qui l'empêche de vraiment évoluer, comme l'a fait la M16 depuis 40 ans. C'est très certainement aussi une conséquence du manque de flexibilité des politiques militaires Soviétiques, pas vraiment tournées vers les requêtes individuelles (c'est un doux euphémisme…) des combattants. L'arme est demeurée inchangée depuis 60 ans, ce qui ne nuit en rien à son efficacité brute. Pourtant, quelques aménagements raisonnés (sans tomber dans l'excès des fusils type SA58 Entry Carbine ou M14 EBR) pourraient en améliorer le confort d'utilisation, la prise en main et la précision. Si on commence à voir des Kalashs "customisées", les lignes même de l'arme sont un frein à ce genre d'aménagements.

 

Photo-8.JPG

 

La précision: c'est LA faiblesse légendaire de la Kalash, avec le bruit caractéristique qu'elle produit lorsqu'on manipule le levier d'armement. On reproche à l'AK de manquer de précision au-delà de 250m, ce qui est effectivement un problème aujourd'hui pour un fusil d'assaut.

Etait-ce un problème dans les années 50, lorsqu'on était supposé l'utiliser en rafales (voir l'emplacement du sélecteur de tir), dans des manœuvres massives, et je le rappelle, dans un volume de feu démesuré comme celui de l'Armée Rouge? Je ne pense pas.

A l'époque, on sautait de l'arrière du char, on fonçait, on avançait en rafalant des balles puissantes et on comptait sur ce volume de feu et sur le nombre pour écraser l'ennemi (en droite ligne de la Seconde Guerre Mondiale).

 

Aujourd'hui, la Kalash se bat encore, mais loin, très loin de ce contexte.

Désormais, on parle précision, contrôle, et pas volume de feu. C'est l'époque des NTTC, des TAI et du Double Tap. Tout le monde, ou presque, doit "one shot-one kill".

Peut-on envisager ce genre d'usage avec une kalash? Pas vraiment. Sauf entraînement intensif. Mais, dans ce rôle, il y a mieux que l'AK, et plus adapté.

 

Les procédures de tir récentes et les cahiers des charges des fusils d'assaut préconisent une précision toujours plus grande. Un fantassin doit pouvoir toucher une cible à 600m, voire plus. Ainsi, dans cette optique, les armes sont de parfaits petits bijoux de mécanique fine, qui vont merdouiller dès qu'ils auront la tête dans le sable ou qu'une chute trop violente les aura secoués.

Pendant ce temps, la Kalash continuera de cracher ses dragées.

Dans l'Armée Rouge de l'époque, il y avait le fantassin avec l'AK, pour couvrir les 0-300m. Le tireur au SVD Dragunov (7.62x54mm) couvrait les 300-800m. La mitrailleuse PKM (calibre identique au SVD) se chargeait de l'appui jusqu'aux 800m/1000m. Pour tout ce qui se trouvait au-delà, il y avait l'artillerie lourde.

Cette manœuvre nous paraît primitive et pour cause, elle l'est, aujourd'hui.

Les soldats soviétiques n'ont jamais eu à se plaindre de leur arme; ni de sa solidité, encore moins de sa fiabilité. Le nombre, le volume et la puissance de feu compensaient ce manque relatif de précision, qui n'est vraiment visible que dans le contexte guerrier actuel.

 

Ce manque de précision est dû au jeu entre les pièces et à la cartouche elle-même, la M43, de 7.62x39mm. Cette cartouche est redoutée (à juste titre) pour sa puissance d'arrêt et son pouvoir perforant. Le choc hydrostatique engendré par cette balle suffit parfois à entraîner la mort, alors même que la blessure est "gérable". L'ogive, qui est très solide, pénètre droit dans les tissus et peut en ressortir de la même manière, contrairement à la vicieuse 5.45x39mm, qui est conçue pour blesser salement en virevoltant dans les chairs (ogive à tête vide).

La balle M43 étant lourde et moins "bondissante", elle est donc plus lente et chute de manière conséquente, passés les 200-250m, ce qui entraîne bien sûr, une baisse importante de sa précision.

 

Néanmoins, une balle de Kalash reste une terrible épreuve à affronter, et peu d'obstacles courants, hormis un réel blindage et quelques gilets pare-balles, peuvent prétendre relever ce défi.

Photo-9.JPG

La Kalash dans les mains des experts de la guerre.

 

Les Forces Spéciales emploient bien entendu l'AK 47 et ses dérivés.

 

Les premiers à l'avoir fait sont très certainement les Spetsnaz de l'ex-URSS. L'AK fut pour eux ce que la M16 fut pour les FS occidentales: l'outil de travail. Il est intéressant de souligner l'emploi dans ces sphères spéciales Russes de l'AK74SU, cette kalash raccourcie, destinée tout d'abord aux équipages de blindés. Ce fusil d'assaut court a notamment été employé au cours de la guerre en Afghanistan (1979-88) et est devenu une arme très prisée par les Moudjahiddins, surtout comme trophée. L'arme n'est cependant pas un modèle du genre et accuse les mêmes défauts que l'Autre fusil d'assaut court de l'époque, le XM-177 américain: une signature sonore et visuelle trop importante, une perte de la portée et de la puissance d'arrêt et un encrassement problématique de l'arme dû au raccourcissement excessif du canon.

 

Au cours des années 60, les FS américaines, les Béréts Verts, les commandos spéciaux des MACVSOG et les Long Range Recce Patrols au Vietnam ont utilisés la kalash, pour sa fiabilité et par mimétisme. En effet, infiltrés en territoire ennemi, équipés comme lui, ils étaient susceptibles d'infliger des pertes sévères aux VC lors de contacts surprise, l'initiative jouant en faveur des commandos US. Ils avaient, en outre, beaucoup moins de problèmes pour se ravitailler en munitions. Ces tactiques ont fait des petits depuis…

 

En Afrique, des années 60 à 80, il est fort probable que les SAS Rhodésiens et les Selous Scouts aient utilisé occasionnellement l'AK, vu la prédominance de cette arme chez l'ennemi. Mais sur ce théâtre d'opérations, le FN FAL régnait en maître, certes moins rustique mais bien plus précis et de portée supérieure (7.62x51mm).

 

Au Proche-Orient, il n'est donc point fait de secret sur l'emploi de l'AK par les certaines FS Israéliennes, notamment les nageurs de combat. Très probablement, les unités clandestines de type Egoz ou Shimshon sont elles aussi plus que rompues à l'usage de cette arme.

 

Enfin, plus près de nous, en Afghanistan depuis 2001 et en Irak peu après, il est arrivé que les journalistes photographient des FS occidentales armées de Kalash (AKM, AIM, AK 47 et 74). Pour les mêmes raisons que leurs aînés au Vietnam, les FS du 21ème siècle continuent d'employer cette arme, alors même qu'ils possèdent de véritables plateformes de tir suréquipées. Mais le théâtre afghan est exigeant et, contrairement à la capricieuse M4, l'AK supporte tout, surtout la poussière. Elle tire moins loin, moins vite, moins bien, mais elle tire quoi qu'il arrive.

 

Tous les soldats dits "spéciaux" s'entraînent au maniement de la Kalashnikov, pour s'y familiariser, parce qu'ils auront un jour ou l'autre à faire des missions de Mentoring. Evidemment, ils apprennent aussi à la connaître par cœur, comme un prolongement de leur bras, pour que, le jour où ils se retrouveront en rade avec leur fusil au fin fond d'un coin pourri infesté d'ennemis, ils puissent continuer à se battre.

Et dans les mains des Forces Spéciales, la Kalash regagne ses lettres de noblesse car bien malin alors qui peut dire qu'elle manque de précision...

 

 

La Kalashnikov restera en service encore quelques décennies et elle passera sans problème le siècle d'utilisation, comme la mitrailleuse FN Browning .50 ou le Colt 1911 .45.  

Tant qu'il y aura des munitions en circulation, on continuera à l'employer. Et quand il n'y en aura plus, on en fabriquera encore, dans ces ateliers clandestins comme on trouve en Afghanistan, au Kurdistan ou en Amérique du Sud. L'arme du pauvre bien son nom. Elle coûte une misère à fabriquer, à entretenir, à alimenter et il en est de même bien souvent, malheureusement, pour le gars qui l'utilise.

Ce fusil d'assaut a changé la donne dans bien des coins du monde et, hormis la Guerre des Malouines, a connu tous les conflits qui ont ensanglantés la seconde moitié du Vingtième siècle et le début du Vingt-et-unième…

 

La Kalash est l'arme légère qui a fait le plus de victimes. Elle est aussi devenue un symbole de révolte, d'insurrection et plus tard, de terrorisme. C'est la raison pour laquelle, hormis quelques "spécialistes", qu'elle n'a pas les faveurs de l'Occident, car elle incarne à elle seule tout le panel des menaces qui pèsent sur lui.

 

LE PORTE-CHARGEURS Chicom

 

Photo 10

 

Le nom "Chicom" pourrait, pour le béotien, évoquer irrémédiablement une marque de gomme à mâcher, les fameux Hollywood Chicom (j'avais envie de la faire, celle-là, désolé).

Pour les avertis, en revanche, Chicom évoque sans doute aucun les productions militaires du gouvernements chinois.

A l'instar de Government Issue (GI') qui identifie les soldats de l'armée US, Chicom est une contraction du terme Chinese Communist; en gros, tout le matériel labellisé "Gouvernement Communiste Chinois".

 

Du Chicom, en veux-tu en voilà…

 

Qui n'a jamais vu un soldat ou un milicien avec un porte-chargeurs Chicom sur la poitrine?

Il suffit de regarder le journal télé ou de feuilleter un magazine lorsqu'il se qui traite d'un conflit de basse ou moyenne intensité, pour que le Chicom apparaissent sur le buste d'un combattant: milicien du Hezbollah, soldat Vietcong, conscrit Soviétique ou Chinois, rebelle africain, régulier irakien, et même, pour les amateurs, opérateurs de la Delta Force US en Afghanistan…

 

Le porte-chargeurs Chicom est partout chez lui, même s'il a vu le jour en Chine, au milieu des années 5O, pour accompagner la naissance de la version chinoise de l'AK 47, le "Pistolet-mitrailleur" (eh oui) type 56.

 

Qui est Chicom?

 

Cette pièce d'équipement est d'une simplicité et d'une robustesse exemplaire, même si son emport est aujourd'hui réellement limité. Au même titre exactement que la Kalash, il ne convient pas aux procédures du combat moderne en milieu urbain (très consommateur de munitions), mais continue de servir avec la même constance ses utilisateurs.

 

Né à une époque où les froufrous fashion n'existaient pas, surtout en matière d'équipement d'infanterie, le Chicom est conçu on ne peut plus simplement, dans une forte toile de coton, ce qui le rend increvable et virtuellement indestructible.

L'ensemble se compose d'une large pièce de toile vert olive, sur laquelle sont cousues trois poches principales pour chargeurs et quatre petites poches secondaires, toutes fermées par ces fameux boutons en bois en forme d'amande, typiques du Chicom, qui le rendent unique et identifiable au premier coup d'œil.

Le Chicom se porte un peu moins haut que les porte-chargeurs traditionnels, comme le PLCE britannique, plutôt sur le ventre que sur la poitrine. Bien ajusté par des bretelles croisées dans le dos, il reste confortable et surtout, fixe. Au verso, il n'a bien sûr aucun aménagement en filet pour réguler la transpiration du soldat, ni aucune mousse de confort. C'est du "made in China années 50", ne l'oublions pas!

 

Photo-11.JPG

 

LA TOILE: c'est bien du coton fort que nous avons là, a priori insensible à l'usure et aux déchirures. Si le corps du Chicom est souple, il n'en est pas de même pour les poches, qui sont plus rigides.

 

LES POCHES A CHARGEURS: il y en a trois, conçues pour accueillir autant de chargeurs courbes de 30 cartouches des fusils AK.
Photo-12.JPG

On ne peut pas rentrer deux chargeurs par poches, mais celui qui y rentre y trouve un vrai écrin taillé sur mesure. Une fois en place, le chargeur ne bouge plus et le rabat boutonné achève de le maintenir fermement. De toutes manières, la rigidité et la forme d'origine de ces poches empêchent de perdre un chargeur au combat.

 

LES POCHES SECONDAIRES: au nombre de 4, elles se divisent en deux types légèrement différents. Jouxtant les poches à chargeurs, il y a les poches à grenades. Une de chaque côté du buste. Fermées de manière similaire.  

Photo-13.JPG

A l'extérieur, juste après les poches à grenades et de chaque côté, se trouvent deux poches utilitaires, légèrement plus petites que celles à grenades, mais doublées de caoutchouc (à l'origine) ou de nylon enduit. Ces poches sont aussi prévues pour accueillir les burettes d'huile pour arme et sont enduites afin de limiter les dégâts d'une fuite éventuelle.

 

Comme on peut le constater, le Chicom est aussi simple que l'usage pour lequel il a été conçu: monter à l'assaut après avoir débarqué.

Trois chargeurs (90 cartouches) et deux grenades, c'est peu. Certes, mais lorsqu'on est aussi nombreux que les conscrits chinois ou russes, c'est suffisant.

Chinois à l'origine, il a ensuite été adopté par les soviétiques sur le terrain, probablement après quelques RETEX en provenance du Vietnam. Dès lors et jusqu'en Afghanistan, les soldats russes ont combattu avec un Chicom sur leur buste; progressivement, l'industrie soviétique s'est résolue à fournir à ses soldats des équipements adaptés et surtout, plus "nationaux".

 

LES RAISONS D'UN SUCCES

 

Les raisons de la popularité et de la large diffusion du Chicom sont simples: ce sont les mêmes que celles de l'AK 47. Fiabilité, simplicité et solidité.

 

Il ne bouge pas, ne trahit pas et est silencieux (pas de velcros, pas de boucles Fastex sur les poches). Sa couleur et sa coupe le rendent passe-partout, ce qui est utile pour des agents opérants en Low-Profile. Masqué par une veste, on peut l'embarquer pour une opé de courte durée où un volume de feu conséquent est préconisé. Il est plat et bien moins encombrant qu'un chest-rig ou un webbing classique. Moins occidental, aussi. C'est la raison pour laquelle il continue d'être employé par certains soldats spéciaux.

 

Certes, il n'est pas très confortable, boit la sueur au lieu de la drainer, mais résiste sans aucun doute aux rigueurs extrêmes du combat sous toutes latitudes, de la jungle Viet aux montagnes Afghanes.

 

Enfin, et c'est une des raisons de sa diffusion intercontinentale, il coûte une misère à produire, ce qui arrange tous ceux qui l'utilisent, surtout dans les conflits du Tiers-Monde.

Peu cher, pratique sans verser dans le superflu, solide, parfaitement adapté à l'usage qu'on en fait. Ca ne vous rappelle rien?

C'est ainsi que le Chicom s'est immédiatement imposé comme le pendant indissociable de la Kalashnikov. Ce couple légendaire est à la guerre moderne ce que le carquois et l'arc furent aux guerres du passé.

 

Lentement, les arsenaux évoluent et des armes très pointues et modulables prennent le pas sur les valeurs sûres du passé, telles que la Kalash. Le jour où l'AK et le Chicom disparaîtront du paysage guerrier, cela trahira un profond changement technologique et un chapitre de la grande histoire des armes sera définitivement tourné. Nous assistons actuellement au même phénomène produit par l'apparition de l'arquebuse dans un monde alors dominé par l'épée.

 

Texte et photos: LE PHASME. 16 mars 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by LE PHASME - dans ARMES
commenter cet article

commentaires

nico 22/02/2012 16:38


Bonjour trés intéressant cet article , perso j'ai un véritable akm mais en échange je n'ai pas de chicom  certe trouvable en fabrication actuelle ou avec des boutons plastic  , mais
étant dans le militaria vietnam  j'en recherche un d'époque  avec marquage si possible si efacer tampi ... mais si vous en auriez un à me vendre je srais surement preneur . Merci et
bonne continuation


 

hugo 11/04/2010 19:34


et ben voilà ! rien ne vaut un exemple solide !! MERCI MONSIEUR LE PHASME .


le phasme 11/04/2010 13:22



Hugo, ne nous emportons pas.


Un opérateur des FS sait pertinemment si l'emport de son gilet convient ou pas pour son job du moment. C'est de la jugeotte personnelle, que certains n'ont pas pourtant pas eu lors de
l'affaire du BlackHawk Down à Mogadiscio, en 93.


Il est vrai que le Chicom ne permet qu'un emploi de 90 cartouches. Tout dépend du type de mission. Ce n'est pas assez pour une mission de combat classique, mais pour de l'escorte ou le risque est
faible à moyen, cela peut convenir, d'autant plus s'il ne faut pas se déguiser en sapin de Noel façon US marines en rut et rester low profile pour ne pas provoquer le citoyen lambda. Le chicom
est plat et peut ainsi facilement se cacher sous un blouson, même léger.


Après, convenons-en, un pick-up 4x4 occupé par 4 delta force équipés chacun de 90 cartouches avec 1 ou 2 chargeurs supplémentaires dans les poches, comme on a pu le voir sur
certaines photos des débuts de l'opé Enduring Freedom, ça reste un véhicule occupé par 4 tireurs d'élite potentiels armés de fusils en 7.62, qui possèdent chacun environ une centaine de prunes...


VOILA, MONSIEUR HUGO.


 



Athos 10/04/2010 12:18



Un FS est par définition un grand garçon qui ira faire ce qu'il a à faire avec ce qu'il doit emporter...



hugo 09/04/2010 21:15



je réitère donc ma question...


est ce que 3 chargeurs sont suffisants pour les FS qui utilisent le chicom en low-profile ? a ton déja vu une modification de leur part sur ce porte-chargeurs ?



Articles Récents

Catégories