Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 19:18

Avant d'acquérir ce sac en décembre 2009, j'étais à la recherche d'un sac à dos complet, compartimenté, d'un volume de 35 litres, de teinte unie passe-partout, et surtout, suffisamment confortable et fixe pour crapahuter en montagne sans problème.

Avant de trouver mon bonheur, je lorgnais surtout sur les sac anglais du type Karrimor Sabre™ ou Snugpak Sleeka Force 35™, confiant dans la solidité et le confort simple et éprouvé des sacs à dos britanniques.

J'avais des préjugés sur les daysacs US, surtout parce que l'armée américaine n'a pas une culture de marcheurs. D'autres candidats potentiels à mon achat étaient malgré tout les grands classiques US de 5.11™ ou Camelbak™, pour leur caractère fonctionnel et leur modularité. Mais deux détails importants m'empêchaient de fondre sur un Rush 24™ ou un BFM™: l'absence de sangle de rappel de charge et d'un dos ventilé en maille. En montagne, ce sont des équipements indispensables.

Devant l'indisponibilité de tel ou tel modèle Brit ou des critères qui ne correspondaient pas, j'ai fait appel aux conseils avisés de Maître Wazzock de Terrang, qui m'a conseillé le Sac Kelty Strike 3500, dont je ne soupçonnais même pas l'existence.

 

Depuis, ce sac ne me quitte plus dès que je fais un pas en montagne.

 

Description générale

 

Kelty-1.JPG

 

Le Kelty Strike 3500 est, comme son nom l'indique, un sac à dos de 35 litres, compartiment central et poches incluses. Il accuse un poids à vide de 1600 g, ce qui est un poids normal pour un sac US de ce litrage. Bonne surprise, il tient debout même peu chargé.

Le sac se compose d'un compartiment central, de deux poches latérales, d'un compartiment interne pour sac d'hydratation, d'une grande poche externe en façade (compartimentée), et de trois espaces inter-poches très pratiques. Toutes les poches se ferment par un zip et la grande poche en façade est équipée de passants transversaux en nylon fort, apparemment très solides.

Les sangles de portage sont complètes et très confortables; les sangles de compression, efficaces.

Sur le sommet du sac, une poignée de portage, ainsi qu'un rabat à pression pour la sortie du tube d'hydratation. La teinte est une sorte de coyote Tan tirant légèrement sur l'OD, qui est bien adaptée à nos contrées, surtout si on change fréquemment de versant au cours d'une même marche.

Si le sac est en nylon 500D, le cul du sac est encore plus épais, tout comme la tranche des poches externes. S'il ne résisterait pas à la charge d'un tricératops adulte, le Strike 3500 encaissera sans problème les contraintes du terrain sans rechigner, parce qu'il est vraiment solide.

Petit plus de taille: la présence d'un sursac étanche, logé discrètement dans le cul du sac à dos.

 

Le confort

 

Lorsque que j'ai essayé ce sac, dès réception, j'ai été dérouté par son confort, étrange de prime abord, presque inquiet d'avoir acheté ce sac sans l'avoir essayé au préalable.

 

Le dos est fort bien rembourré et ventilé pour un sac US de cette gamme.

Kelty-2.JPG

L'ensemble se compose d'un coussinet lombaire central et de deux coussinets à hauteur d'omoplates, en mesh (filet) souple. Ce sont ces deux coussinets qui sont surprenants de prime abord. Neufs, ils sont assez rigides, mais leur confort devient indiscutable lorsqu'ils s'assouplissent, au bout de seulement une ou deux marches sur le terrain. Ils épousent très bien la morphologie et suivent les mouvements naturels d'un dos qui s'agite.

De surcroît, la séparation des coussinets permet à l'air de bien circuler, donc, à la sueur de ne pas vous tarauder entre les omoplates (très utile pour empêcher la survenue de mycoses dues à la macération régulière). Seul bémol minime à ce niveau, la sueur qui s'évapore stagne sous le nylon de cette séparation, là où sa découpe forme un arc, au-dessus du coussin lombaire. Mais ce n'est vraiment pas grand-chose. Ca sèche vite au soleil ou dans un endroit ventilé. Psychologiquement, on s'en remet très bien, vous verrez.

 

Les sangles de portage sont aussi confortables que les coussinets du dos. Elle sont rembourrées et aérées à l'identique.

Kelty-3.JPG

Les sangles d'épaules sont réglables au plus juste par leurs sangles classiques, ainsi que par des sangles de rappel de charge (mes amies de toujours) et assez larges et moelleuses pour marcher sans grimacer sous le poids jusqu'à plus soif. Elles se fixent sur la poitrine grâce à une sangle de serrage transversale fermée par clip.

La sangle abdominale est vraiment bien conçue, car elle est large est ergonomique. Le plus réside dans ces deux alvéoles qui jouxtent le coussin lombaire, et qui sont constituées de mesh encore plus fin, mais bien solide. C'est un aménagement judicieux, particulièrement pour les marcheurs qui suent comme des gnous. La partie extérieure, la plus soumise à l'abrasion et aux rigueurs de la vie virile, est plus épaisse que la partie en retrait, là même où ça chauffe et ça sue le plus.

La sangle abdominale se ferme par une généreuse sangle à clip. Elle est de plus, amovible, en détachant un gros velcro situé derrière le coussin lombaire.

 

Le confort est vraiment à la hauteur de mes attentes grâce à l'épaisseur des coussins dorsaux, ce qui est d'autant plus agréable lorsqu'on souffre du dos, des épaules et qu'on est taillé comme un crayon gris.

Kelty-4.JPG

 

Les différents aménagements

 

Kelty-5.JPG

 

Comme on peut le voir sur cette photo, le sac est muni d'une solide poignée de portage sur le dessus, et d'un rabat à pression pour la sortie ambidextre du tube d'hydratation. C'est là le seul reproche réel que j'aurai à faire à ce sac, mais on m'avait prévenu à l'achat. Le bouton-pression du rabat semble avoir été oublié des dieux. Il a cassé au bout de deux ou trois manips… Je ne suis pas une exception à cette règle. Mais bon, ce n'est rien. Deux points de couture plus tard, j'avais déjà oublié cette petite déconvenue. J'ai cousu le rabat un peu lâche, histoire de pouvoir passer la tête d'œuf de mon tube Camelbak™ sans problème. Et on n'en parle plus…

 

Autre atout, et ce n'est qu'un début, le dos est réglable en hauteur, par un système de sangle sous-jacente et de velcro, qui permet de monter ou de descendre le coussin lombaire et les deux coussinets dorsaux.

Kelty-6.JPG

 

Les poches et compartiments

 

Les poches latérales (une de chaque côté), sont fermées par zip et de taille généreuse, pour des poches latérales. Comme on peut le voir, une gourde US d'un litre y rentre aisément, tout comme une trousse de survie, de premier soin, ou un vêtement anti pluie.

Kelty-7.JPG

 

Derrière chaque poche latérale, sous les sangles de compression, un espace permet de ranger encore autre chose (perso, j'y glisse un gros poignard Ka Bar dont le fourreau est fixé à la sangle de compression). Ces espaces sont munis d'un trou sur le fond, permettant à l'eau de s'évacuer en cas de pépin.  

Kelty-8.JPG 

La grande poche extérieure est bien conçue et aménagée pour être utile en toutes circonstances. Elle se ferme par 2 zips convergents.

Kelty-9.JPG

Elle se compose de: (j'en vois certains qui se caressent déjà)

_ Un compartiment supérieur moyen-grand sans séparation interne;

_ Un petit mousqueton sanglé;

_ Quatre petits compartiments identiques;

_ Quatre emplacements pour stylo (qui acceptent sans problème le manche d'une mini Maglite™);

_ Une poche zippée en filet (clés, monnaie…);

_ Un compartiment moyen-grand, qui est le bas de la grande poche extérieure en elle-même;

_ Un grand compartiment en demi-lune, en tissu polaire noir, idéal pour la protection des optiques ou des lunettes de soleil.

Kelty-10.JPG

C'est fou le nombre de petites merdouilles indispensables à notre durabilité qu'on peut y glisser pour une seule sortie: barre de céréales, chocolat, clés, monnaie, capotes, ampoules de rechange pour lampe, lampes, piles AA, stylo, lunettes de soleil, téléphone portable, calepin, mouchoirs en papier, etc… Un petit go-bag dans une grande poche.

 

Derrière la grande poche externe à miracles, un grand espace réglable, qui se ferme en clipsant les sangles de compression au corps du sac à dos.

Kelty-11.JPG

Ce compartiment peut bailler grâce à des petits filets latéraux qui achèvent de sécuriser l'emport de tout ce que vous y glisserez (t-shirt ou tout effet mouillé, matos de section, grosse optique, etc…). Le fond de cet espace est troué lui aussi, pour évacuer l'eau si besoin.

Notez que cet espace perd de son utilité, comme ceux latéraux, lorsque le sac est plein à craquer. Quand les poches et le compartiment principal sont gonflés, le volume de ces espaces se réduit logiquement.   Photo Kelty 12

Le compartiment interne principal

 

Kelty-13.JPG

 

Fermé par deux zips convergents, il ne s'ouvre que jusqu'au niveau des poches latérales. Ce peut être dérangeant pour les puristes, mais perso, je ne trouve pas cela embêtant, et ça évite de voir le sac vomir son matos, ce qui a la fâcheuse tendance à arriver dans la boue, quand il pleut ou qu'on est à la bourre…

Une partie de mon matos y est dedans à demeure (couv' de survie, gros pull chaud, papier hygiénique) et je n'ai pas à me soucier de s'il va se barrer ou pas.

 

Le grand compartiment interne se divise en trois parties:

_ une grande poche principale, qui doit avoisiner les 25 litres, munie dans les coins de 2 œillets pour évacuer l'eau;

_ une grande poche élastique, idéale pour y ranger proprement des affaires qu'on doit pouvoir sortir facilement (perso, ma couverture de survie USAF y a un bail emphytéotique);

_ une poche, plus étroite et pas élastique, avec cordon de serrage bloqueur, destinée à accueillir un sac d'hydratation jusqu'à 3 litres inclus (la sortie prévue pour le tube d'hydratation étant placée juste au-dessus).

 

On peut noter la présence des deux armatures qui rigidifient le dos (les Américains ont enfin compris! priez pour que d'autres suivent…). Ce sont deux barres amovibles en alu, glissées dans des compartiments fermés par velcros.

Atout supplémentaire, le fond du grand compartiment principal est étanche; les oeillets d'évacuation de l'eau étant placés dans les angles, pour minimiser les risques accidentels d'entrée d'eau (qui s'évacuerait de suite, de toute manière).

 

Le sursac anti pluie

 

Option qui se généralise sur les sacs à dos modernes (enfin!), la housse anti pluie du Kelty Strike 3500 est judicieusement logée dans un compartiment qui se situe sous le sac, endroit que j'ai la paillarde habitude d'appeler le "cul du sac", et pour cause!

Kelty-14.JPG

 

La poche est zippée, et son contenu ne gène en rien la contenance du sac en elle-même. Et surprise, elle contient un joli sursac assorti au sac. Miracle! La housse n'est ni grise, ni jaune fluo (c'est un sac mili, quand même!) et en plus, elle est solide et couvre tout le sac. Ca paraît logique, mais pour certaines marques, apparemment, ça ne l'est pas… Je pourrais vous raconter comment, un jour de pluie, j'aurais pu étrangler un fabriquant de sacs photo très très connu, pour lui apprendre à confectionner des housses anti pluie sur mesure…

 

Kelty-15.JPG

 

C'est là, la cerise sur le gâteau, qui couronne un sac fort complet et réalisé de manière pragmatique, alliant confort, solidité et fonctionnalité. Les puristes, parce qu'il y en a dans chaque domaine, noterons l'absence totale (et très politiquement incorrecte) de passants MOLLE, ce qui fait certainement gagner au sac 500g à un kilo. Et oui… Le MOLLE, c'est beau, c'est pratique, mais c'est lourd, et, quand on en a déja partout sur son gilet, et qu'on a un sac bien conçu, est-ce la peine d'en rajouter, quitte à ressembler à un stégosaure ou pire, à un ankylosaure?

 

Les bons et les mauvais points du Kelty Strike 3500

 

Les +

 

_ Le rapport qualité/prix: moins de 100€ chez Terrang (décembre 2009);

_ Le confort (j'insiste);

_ La respirabilité du dos et des sangles de portage;

_ Les poches, spacieuses et fonctionnelles;

_ La solidité;

_ La housse anti-pluie intégrée;

_ La couleur passe-partout.

 

Les –

 

_ Le rabat de sortie du tube d'hydratation et son bouton pression: ça casse! (mais ça se répare)

_ La largeur, toute relative, des mailles du mesh des sangles de portage et des coussins dorsaux. Des crasses peuvent facilement s'y glisser (je suppose).

_ Les espaces entre les poches, très pratiques lorsque le sac n'est pas chargé. Presque inutiles lorsque le sac est chargé, et pas couverts s'il pleut.

_ L'absence, tout de même, d'un ou deux passants MOLLE de chaque côté, pour personnaliser ou affiner son emport;

_ Le poids à vide (1600g) encore trop important à mon goût (de brindille). Bien inférieur cependant à d'autres sacs US de même gabarit.

 

En conclusion:

 

Je suis ravi de posséder ce sac, qui me suit sans rechigner au travers des forêts et par delà les montagnes, et qui ménage mon dos passablement fatigué.

L'emport est largement suffisant pour une journée de marche standard, voire une grosse journée.

Pour les soucieux de la discrétion comme moi, la couleur est vraiment passe-partout.

 

La solidité ne fait pas défaut, au contraire, et le confort est vraiment digne d'un sac civil, ce qui est rare pour un sac mili de ce volume. Un dos rigide et respirant aussi confortable sur un sac destiné au combat est presque encore une gageure aujourd'hui. Mais pas pour ce sac là…

 

Le Kelty Strike 3500 s'acquitte sans faillir de sa tâche, celle qui est de suivre un marcheur exigeant, discret, et qui cherche à ménager son dos et ses épaules.

 

Un choix alternatif, un look un peu vintage, une durabilité certaine pour un bon prix, un choix sérieux pour les blasés du fashion.

 

Confort, solidité, fonctionnalité. What else?

 

Par LE PHASME, Mai 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by LE PHASME - dans EQUIPEMENTS
commenter cet article

commentaires

hugo 13/06/2010 20:16



ça c'est du signal !!!


non, sans déconner, je pensais que c'était un tantinet plus compliqué que ça, je me doutais que ça n'avait pas grand rapport avec la choucroute mais on sait jamais donc...


ben une fois de plus désolé et merci encore, je connaissais pas ton truc là, google, c'est vachment pratqiue !



Athos 13/06/2010 17:38



Hugo: tu n'as pas internet? si! Alors google: tu as Google ? si! alors tape ta question dans le rectangle du milieu, celui qui a une petite barre verticale qui clignote, tu vois? ensuite tu
n'oublies pas de faire "entrer" (c'est la touche un peu plus grande que les autres à droite rectangulaire, pas la longue en bas qui est la barre d'espace ) puis tu cliques sur le lien
wikipedia et si tu n'arrives pas à lire tu demandes à ta maman de t'expliquer sinon:


http://fr.wikipedia.org/wiki/Bail_emphyt%C3%A9otique



hugo 13/06/2010 15:07



bonjour !


j'ai encore un problème de vocabulaire...c'est quoi un "bail emphytéotique" ?



DoD 31/05/2010 16:51



@lephasme: certes, certes j'en conviens mais je reste convaincu que cela en vaut la peine malgré tout en cas de recours à des outils très spécialisés mais qui font toute  la différence.
Evidemmment, mon argument perd sens si on ne recourt pas à ces éléments.


 


 



le phasme 31/05/2010 16:12



en effet, les passants MOLLE sont pratiques, mais sur les gilets, pour les configurer selon la mission. Sur un sac à dos, ils peuvent s'accrocher à la végétation, alourdissent le poids à vide du
sac et sont une tentation supplémentaire d'ajouter du matos, ce qui n'est pas toujours utile.



Articles Récents

Catégories