Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 16:46

Les faits ont eu lieu dans le Province afghane d'Helmand en d'Août 2009; Une période électorale durant laquelle les combats se sont intensifiés entre insurgés et forces militaire britannique qui ont déploré 37 morts et 100 blessés. 


Les officiers du "Royal Military Police's Special Investigation Branch" enquêtent aujourd'hui pour savoir si les allégations de torture psychologique restent un cas isolé ou bien si cela fait parti d'une politique secrête de techniques utilisées contre les rebelles capturés.
Le dossier est entre les mains de l'"Army Prosecuting Authority", le corps des procureurs de la Justice Militaire.

Si les charges sont retenues, un soldat du SFSG sera traduit devant une cour martiale. S'il est jugé coupable de crimes de guerre ou de menace avec une arme à feu, il peut encourir de la prison ferme.
Pour les raisons de sécurité que vous connaissez, l'identité du soldat inculpé reste secrète mais il s'agirait selon les sources d'un Caporal âgé de 25ans, qui a servit huit ans dans l'Armée et a étudié la langue pachtoune.

Si elles sont prouvées, ces allégations vont endommager l'image de l'Armée et du gouvernement britannique qui fait déjà face à la polémique autour du meurtre de Baha Mousa, un civil irakien battu à mort en septembre 2003.

Les prisonniers de guerre sont protégés par la Convention de Genève et les mauvais traitements à leur encontre sont définis comme crime de guerre et puni par la Cour de Justice Internationale.

L'autorité de la Cour de Justice Internationale est reconnue par la France mais aussi par la Grande-Bretagne depuis 2001 mais jusqu'à aujourd'hui un seul soldat britannique a été condamné.

En Septembre 2006, le Caporal Donald Payne a été condamné à un an d'emprisonnement et a été démis de ses fonctions après avoir plaidé coupable pour les mauvais traitements infligés à des prisonniers irakiens.

Ce dernier incident a eu lieu dans une base opérationnel de la province d'Helmand après la capture par les membres des Forces Spéciales de talibans armés supposés fabriquer des pièges explosifs IED utilisés contre les troupes britanniques.

Un taliban décrit selon la formule anglo-saxonne "high value target" (une "cible de choix") comme un haut responsable est interrogé par un membre du SFSG spécialement entraîné à mener des interrogatoires, il est accompagné par un interprète militaire britannique et un interprète afghan.

On sait qu'à un moment de l'entretien alors que le prisonnier refuse de répondre aux questions, l'interprète britannique sort son pistolet, l'arme et pousse la tête du suspect sur la table. Il pose alors son arme sur sa nuque et dit en pachtoune " réponds aux questions ou tu es mort" .

Selon le journal  The Sunday Telegraph le responsable de l'interrogatoire s'est plaint de cet incident, l'interprète afghan, lui aussi présent, a corroboré les faits et l'accusé a lui-même admis la bavure lorsqu'il fut questionné par un officier supérieur.


Le soldat a été entendu début Octobre 2009 par les membres de la Police Militaire en Angleterre et il est ressorti libre.

Une source proche de l'enquête explique :" La police va essayer d'établir s'il y a des circonstances atténuantes pouvant expliquer un tel acte mais il semble peu probable qu'il y en ait. Nous sommes maintenant face à une affaire de crime de guerre ou de menace par arme à feu ce qui constitue un délit très grave. Nous pensions qu'après l'affaire Baha Mousa, ce genre de chose faisait parti du passé." 

Les crimes de guerre sont définis dans les violations des lois de la guerre, elles incluent les mauvais traitement aux prisonniers de guerre dont la torture psychologique et la simulation d'exécution.

traduction partielle de cet article daté du 17 Octobre 2009.
Merci à Neill pour l'information.

Partager cet article

Repost 0
Published by MENATOR - dans 2001-2012
commenter cet article

commentaires

Bob French 31/10/2009 20:01


Oh la la ! La culture en prend un coup, lorsqu'on se permet de citer Kafka sans Proust... oups, j'arrête les blagues de bidasse ))


DoD 30/10/2009 12:05


Merci Koursk mais je dois dire que je ne suis parvenu au bout du Procès que sous la menace scolaire, trop long, répétitif, pas d'action, etc. La métamorphose ça va c'est plus court.

Par contre l'Homme révolté je pourrais l'apprendre par coeur. Ca c'est du concret.

Au fait, ton pseudo c'est à cause du sous-marin ou de l'opération Citadelle?

DoD


Koursk 30/10/2009 10:19


Camus et Kafka...Monsieur a des références de fort bon goût...


DoD 29/10/2009 00:17



Ce qui n'est pas évident c'est de savoir à qui on a affaire. Il n'y pas que du blanc et du noir. Il me semble que le taleb moyen est peut-être juste un pauvre paumé endoctriné qui pourrait
changer de camp demain et qui manque surtout d'écucation et de perspectives. Faut-il le tuer pour autant?
Entre Camus et Kafka, THE interrogators  m'a surtout fait halluciner à quel point il était facile de se voir expédié à Guantanomo si on était à la mauvaise place au mauvais moment
et que sa tête ne plaisait pas aux interrogateurs. Ceux dont on ne savait pas quoi faire, dont on a rien tiré pouvaient être expédiés sans autre. Pas évident de consrtuire un Etat de droit en
prenant de telles libertés.



dirt diver 28/10/2009 16:15


Dans tous les cas, à mon avis, la torture sur un fanatique en général et religieux encore plus, ne peut pas fonctionner.
Ces gens là n'ont rien à perdre, leurs vies ne comptent pas et celles des 'infidèles" encore moins, ils n'ont pas peur de mourir puisqu'on leur a promis mieux après !...
La seule chose efficace contre ces gens, c'est de s'attaquer à ce qu'ils croient ou à ceux qu'ils aiment, et encore pas sur que cela marche !
En attendant, convention ou pas convention, je préfère savoir un taleb ou autre fanatique islamiste mort plutôt qu'un soldat occidental !
Et puis, ne nous leurrons pas, la torture existe depuis la nuit des temps, que l'on soit d'accord avec ou non, cela ne changera pas !
Et puis il est facile de nos fauteuils douillets d'en parler avec détachement mais quant on est au contact de l'ennemi et que l'on vie tout les jours ses atrocitées, c'est autre chose.
En tout cas, cela me fait chier pour ce soldat anglais jetté en pature pour la soi-disant conscience occidentale qui ne doit surtout pas être entaché !


Articles Récents

Catégories