Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 09:39

Le pont du 1er Mai est devenu LA grosse sortie annuelle.
Depuis l'automne, les trois équipes du Sud Ouest s'entrainaient en commun pour aller guerroyer avec le Groupe Rhône.
L'invité d'honneur était cette année M. Pousse-cailloux rencontré l'été 2008 sur les pages du blog. Notre nouvel ami a fait le voyage pour corriger Justine et partager son expérience.
Une société de chasse a prêté pour l'occasion un immense domaine avec couverts et dénivelés.
Une dizaine de FS sont largués en territoire ennemi avec pour mission d'observer un bâtiment, les événements les amèneront à crapahuter et à piéger un pont.
Une dizaine de locaux veillent au grain. A la suite d'un accrochage, un groupe de pisteurs donne la traque aux commandos, le reste des hommes est réparti sur deux véhicules 4X4 et patrouillent jour et nuit.
Je ne pourrai pas vous faire cette année un résumé lyrique du week-end car je n'ai pu participer au groupe FS. J'ai toutefois observé de l'intérieur le déroulement du week-end à savoir l'organisation impeccable du groupe Rhône.




Voici le rapport d'Hannibal qui résumé bien les événements :


RAPPORT DE MISSION
0509
1er MAI - 2 MAI 2009
Par Hannibal
Chef d'équipe RAPAS40

Rappel des objectifs de la mission

Il s'agissait de :
A- Observer le lieu-dit « Le ...... » en établissant deux PO distincts tout au long de la journée du 1er et faire remonter les informations importantes au chef de groupe indicatif SOLEIL.
B- Etablir un contact avec Vlada toutes les heures paires à partir de 8h00.
C- Etablir un PO sur le viaduc afin de faire un bilan des patrouilles ennemies. Etablir un périmètre de sécurité pour l'équipe PO (Rapas40).
D- Placer des explosifs afin de détruire la structure. Protection de l'équipe de destruction de 21 (Rapas40 + DRAGON)
E- Rejoindre la zone d'extraction.

Déroulement

Nous sommes largués le 1er mai aux environ de 4h15, sur notre point d'insertion. Nous rallions le point au sud-ouest de l'objectif vers 6h30 après un accrochage.
SOLEIL installe son poste de commandement dans la zone et nous laisse libre cours à Wazzock et moi pour installer les PO, organiser les relèves et rendre compte toutes les deux heures. L'établissement de PO a été très difficile en raison de la disposition du terrain et nous avons décidé de n'en établir qu'un seul. A plusieurs reprises, nous avons détecté des patrouilles ennemies en la présence d'un véhicule à bord duquel se trouvaient en moyenne trois personnels armés. En fin de journée, une relève de PO a été vue par l'ennemi puis lui a échappé.
Estimant que nous avions assez d'éléments en main, SOLEIL a décidé de stopper l'observation aux environs de 17h00 pour prendre la route à travers bois en direction du col des ...... . Après avoir fait un arrêt court pour manger, nous avons repris la route à la tombée de la nuit pour circuler sur le ... et traverser Les .......... . Un véhicule est
venu extraire SOLEIL au point 697 sur .. ... et nous avons continué notre marche sous la direction de son adjoint, DRAGON. Après avoir commencé notre ascension, nous nous sommes perdus aux alentours de la ..... .'..... . Bien que notre chef ait décidé de bivouaquer sur place pour se localiser au petit jour, nous retrouvons notre chemin d'arrivée tandis que la log choisit de nous exfiltrer.
Nous sommes déposés à l'entrée du viaduc vers 5h00 sans chef de groupe. L'équipe FROG doit établir un PO sur l'objectif tandis que nous devons sécuriser leurs arrières. A 10h, l'équipe de commandement de 21 est arrivée et le dispositif était en place. Le reste de la journée fut rythmé par les relèves de poste de sécurité et les patrouilles ennemies que l'on pouvait apercevoir depuis le poste nord. A 15h10 , le PO a été menacé par une patrouille
ennemie qui s'est un peu trop approchée. 21 m'a donné l'ordre de ne faire feu que sur découverte. Cela ne s'est pas produit.
20h30 : le groupe de commandement revient sur ma position et après feu vert de l'équipe de PO, mon équipe (à laquelle DRAGON s'est greffé) sécurise le carrefour à l'entrée de l'objectif. Le groupe 21 place une charge d'explosifs, le groupe PO se replie. La charge est déclenchée et aussitôt l'ennemi s'agite. Mon équipe fait feu et atteint 2 personnels ennemi qui nous chargent. Le décrochage se fait tant bien que mal et après une courte pause au point de ralliement, le groupe part en marche relativement rapide, mon équipe en queue.
Après un accrochage par l'arrière, nous sommes accrochés dans un carrefour et je lance un tube à droite (nous avons consigne de toujours décrocher en direction de notre axe de marche). Après avoir évité une patrouille en voiture, nous terminons notre trajet dans les bois, pour rallier le point d'extraction.

FINEX



Résultats de la mission

A- Un seul PO a finalement été mis en place. Nous avons cependant pu observer sur l'objectif plusieurs véhicules immatriculés dans différents départements, des patrouilles ennemies passant régulièrement proche de notre position.
B- Accompli par SOLEIL.
C- Concernant mon équipe, nous avons pu mettre en place une sécurité assez solide à mon goût pour protéger l'équipe de PO au sens où nous avions un bonne visu sur le chemin, étions assez camouflés et nos axes de tir ne mettaient pas en danger l'équipe de Wazzock.
D- Nous avons installé un dispositif de sécurité et couvert la retraite de nos camarades avant d'entamer un repli en tiroir.
E- La zone d'extraction a été ralliée par le groupe.



Difficultés rencontrées

1- L'établissement du premier PO fut très difficile car nous sommes arrivés au sud de l'objectif et il était invisible depuis cette position. Nous avons donc tourné autour de l'objectif afin de trouver le meilleur angle possible. Une fois trouvé, nous avons cherché un endroit où établir le bivouac. Ce fut un échec car l'endroit était trop à découvert et était très proche d'un .. au nord-ouest et de la cible. Nous avons donc pris la décision avec Wazzock de laisser le bivouac sur notre point d'arrivée et d'établir des relèves toutes les 02 heures afin de réduire le nombre de passages. La deuxième erreur que nous avons fait sur cette partie est que nous sommes partis à deux chefs d'équipe avec deux pax pour trouver une zone PO, laissant le reste de groupe sans dirigeant.
2- Lors de la progression vers le mont .....-...... nous nous sommes perdus car un chemin a été recouvert par la végétation et il a été impossible de le retrouver en pleine nuit. Après que des recherches aient été faites, nous avons retrouvé le chemin d'où nous venions et la log a décidé de nous véhiculer jusqu'au second objectif.
3- Mon équipe et moi avons oublié du matériel sur notre lieu d'insertion près de l'entrée du viaduc. Cela aurait pu mettre en danger la vie de tout le groupe en alertant l'ennemi sur notre présence.
4- Mon équipe étant chargée de la protection de celle qui observait le viaduc, nous nous sommes placés dans un bois situé au-dessus du chemin qui longeait leur position. Suite à un problème de réveil nous nous sommes levés à 9h23 et je me suis immédiatement mis en place avec mon binôme pour protéger l'équipe PO, après avoir recherché les positions adéquates. Pendant ce temps, le second binôme a pris son repas et nous a relevé lorsqu'ils eurent mangé. A 10h00, lors de l'arrivée de l'équipe de commandement de 21, notre bivouac n'était pas replié et je n'avais pas prévu d'axe de repli d'urgence mais le périmètre de sécurité était en place.
5- Lors de la protection de l'équipe PO, j'ai placé un de mes hommes à chaque poste de sécurité (2) tandis que les deux autres devaient se reposer ou s'alimenter au bivouac. Un de mes hommes s'est fait surprendre par un élément ami. J'aurais donc dû placer un binôme à chaque poste afin que personne ne s'endorme avec la fatigue, ce que j'ai fait en fin d'après-midi.
6- Mon équipe devait être prête à décoller à 20h30. J'ai pensé bon de maintenir les postes de sécu jusqu'à cette heure-ci (nos sacs étant prêts) mais il y a eu confusion et il s'est avéré que ce timing était un horaire auquel je devais décoller.
7- Suite à la couverture sur le boom, le moment du repli fut assez délicat et le décrochage en tiroir s'est terminé en tube arrière. Au début de l'exfiltration, nous avons été lents sur le décrochage. Mon équipe étant la dernière, mon dernier équipier jouait un rôle capital pour le groupe. Sur la fin, voyant qu'il n'était plus tout à fait attentif, je l'ai inter-changé de poste avec mon n°3.



Hannibal
,
le 5 mai 2009.

Comme l'accoutumé, ce long week-end s'est terminé autour d'un feu et d'une bonne table garni de spécialités régionales. Malgré la fatigue, la bonne humeur était bien entendu au rendez-vous.



Je rappelle que cette nouvelle parti s'est déroulée correctement grâce à l'expérience et au sérieux de chacun, aux rencontres inter groupe en amont et aux nombreuses heures de préparations des organisateurs. Les FS se sont vraiment senti en zone hostile, il y avait constamment des patrouilles et des surprises.
J'ai constaté l'efficacité de la logistique, la sécurité des personnels étant la priorité des organisateurs.
Le terrain est difficile, le scénario bien ficelé, l'immersion totale, il s'agit d'une expérience vraiment unique.






Merci à Soleil et à tous les membres du Groupe Rhône pour leur confiance et leur générosité.
Félicitation aux « baltringues », on va s'entrainer dur pour Mai 2010.
Et pour finir une pensée à Pousse-cailloux « Le Clément ».

Repost 0
Published by MENATOR - dans MILSIM
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 11:30
La presse britannique rapporte la perte d'un ordinateur contenant les rapports d'exercices anti-terroriste du Special Air Service.

Les policiers et militaires anglais auraient-ils la tête en l'air ?
Ce n'est pas la première fois que la presse révèle ce genre de « boulette » rappelez-vous déjà en 2006 une mallette contenant des dossiers sensibles avaient été égaré (voir article sur ce sujet). Il y a quelques jours un « super flic» chargé de la lutte anti-terroriste cherchait encore son téléphone portable contenant des informations confidentielles.
On apprend aujourd'hui qu'un banal contrôle de matériel a révélé la perte de cet ordinateur portable.

Le Ministère de la Défense britannique (MoD) a révélé que l'ordinateur appartenait au «Signals Regiment » sûrement le « 18 UKSF Signals Regiment » ex « 264 SAS Signals Squadron », le groupe spécial de transmission rattaché au 22 SAS. 
Cet ordinateur portable contient les détails d'un exercice de lutte anti-terroriste qui s'est déroulé au Royaume-Uni ainsi que le nom des participants dont bien entendu des membres du « Regiment ».
Le Ministère de la Défense ajoute même que les informations ne sont encodées.

Je ne sais pas pourquoi le MoD donne autant de détails, lui qui est généralement si discret.
Est-ce vraiment une simple perte ou un banal vol ?
On pourrait aussi se demander si toute cette affaire n'est pas volontaire.

Peut-être des spécialistes du monde du renseignement comme Monsieur Jean-Jacques Cécile pour nous éclairer.

Repost 0
Published by MENATOR - dans 2001-2012
commenter cet article
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 12:24
Bref Historique et fiche technique :

La mitrailleuse MAG a été développé par la firme liégeoise FN Herstal en 1958. Elle est alimentée par bande de cartouches de calibre 7,62. Cette arme a connu un beau succès l'exportation.
Elle est appelé en France et en Belgique MAG58 pour Mitrailleuse d'Appui Général. Pour les canadiens, il s'agit de la C6, de la M240 chez les américains et pour les britanniques, leur version s'appelle GPMG L7.

- calibre : 7,62 en bande cartouches généralement divisée par lot de 50 pour le transport individuel
- longueur : 1260 mm
- poids : de 11 à 13 kilos
- cadence : de 600 à 1000 coups par minute
- portée : de 800 à 1800 mètres

La « Gimpy » du « Regiment » :

Chez les britanniques et le Special Air Service en particulier l'arme d'appui durant la Seconde Guerre Mondiale et les années après-guerre était le Bren en calibre 303. Il aura une durée de vie relativement longue car dans les années 50, le Bren Mk III sera recalibré en 7,62. Cette version appelée L4 sera utilisée jusqu'aux années 90 après avoir servi aux Malouines et en Irak.
Son remplaçant direct est la version britannique du MAG58 produit sous licence par Enfield : la GPMG pour "General Purpose Machine Gun" L7 surnommé affectueusement « Gimpy » par les soldats de sa Gracieuse Majesté. Il existe toute une série de variantes du L7 en relation avec ses multi rôles.

Le SAS utilise tôt la L7, on voit son emploi sur les photos prises lors des « troubles » dans la Sultanat d'Oman.
Tout comme le faisaient leurs ainés avec des « Vickers » montées sur les jeeps Willy, les SAS équipent leur 4X4 Land Rover jusqu'à trois mitrailleuses L7. Ils vont sillonner le désert d'Oman à bord des « Pink Panther » mais aussi celui d'Irak en 1991.
On peut supposer que la L7 a été remplacé par la Minimi plus légère au sein des patrouilles mais elle fournit toujours un appui feu à partir des véhicules. On voit la « Gimpy » sur les « pick-up » civils du SBS lors du siège de Qala I Jangi en 2001.


Des répliques pour un budget conséquent :

La mitrailleuse L7 existe en version démilitarisée mais avec les nouvelles lois anglaises sur la circulation et le commerce des armes, il doit être difficile voir impossible d'en importer une. Je ne sais pas ce qu'il en est des démilitarisations belges ou françaises.


Un fabriquant anglais d'accessoires de cinéma propose des répliques en bois avec quelques pièces en métal. Ce sont les copies que vous voyez sur les véhicules SAS des collectionneurs à Beltring par exemple mais je trouve que le prix reste élevé, environ 600euros pour un simple trompe l'œil.

En 2009, le seul fabriquant officiel de MAG58 airsoft est Inokatsu. Je n'ai pas eu la chance de voir le résultat mais j'ai eu leur M60 entre les mains et je peux dire qu'il s'agit d'une des plus belle réplique airsoft qu'il me fut donné de voir. Inokatsu fabrique en effet de très belles répliques mais leur prix est très élevé, il faut compter plus de 1200euros. En surfant sur la toile, vous trouverez quelques customs airsoft mais à des prix encore plus élevé.
Si vous êtes l'heureux propriétaire d'une de ces répliques d'exception, n'hésitez pas à vous signaler.

Repost 0
Published by MENATOR - dans ARMES
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 17:12


Ce tee-shirt, crée pour être porté sous un pare-éclat ,est d'origine américaine. Les anglais ont développé l'UBACS au moment de la sortie de leur nouveau gilet Osprey. Il a équipé les premiers fantassins en 2005.

La partie centrale est en matière synthétique hyper respirante Coolmax. Il y a un petit col avec un zip de fermeture.
Les manches sont en polycoton traité IRR. Les aisselles sont en Coolmax :


Il y a deux renforts enlevables en mousse noire très résistante qui protègent les avants-bras et les coudes. Le port en est très agréable lors des positions de tir couchés :

Chaque manche est équipé d'une large poche inclinée qui se ferme avec deux petits velcros. On peut accrocher les patches sur trois bandes velcros :

Pour se protéger du sable les manches ne sont pas élastiques mais se ferment grâce à deux solides boutons de type canadien :

Disponible principalement en camouflage DPM désert lors de sa sortie, il est aujourd'hui fabriqué en DPM "woodland". Il y a même une version avec les manches détachables.
Il équipe les soldats anglais en Irak et en Afghanistan mais je n'ai pas vu de membres des Forces Spéciales le porter.

Mon avis personnel :
Bien que ce tee-shirt soit solide et que son port soit agréable principalement lors de séance de drill sous le soleil, je lui préfère de loin une chemise tropicale type Arktis Hot climate shirt.

Repost 0
Published by MENATOR - dans EQUIPEMENTS
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 14:16

Le Ministère de la Défense britannique vient d'acheter quatre hélicoptères Dauphin à la firme Eurocopter en remplacement de ses trois vieux Augusta A.109 qui volaient depuis le début des années 80.

Eurocopter fabrique la version militaire SA.365 du Dauphin et l'Aérospatiale sa version civile dénommée SA.360.

Le modèle SAS est un SA.365 avec quelques spécificités :

-peinture et apparence civile  
-un rotor silencieux pour approcher les cibles de façon discrète
-un système de communication perfectionné
-la possibilité d'ajouter un réservoir supplémentaire pour augmenter son autonomie et son rayon d'action

Merci à Rob1 pour l'info

Source : Journal "The Sun" du 04 Février 2009

Repost 0
Published by MENATOR - dans 2001-2012
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 16:47
Précision suisse, qualité allemande.


Non je ne vais pas vous parler de montres ou de voitures mais du pistolet Sig Sauer P226.
Il s'agit d'une amélioration du P220 développée au début des années 80 afin de répondre à un appel d'offre du gouvernement américain pour remplacer le Colt 1911. Son concurrent le Berreta 92 remporta l'offre en 1983 en raison de son cout de fabrication moins élevé. Toutefois de nombreux pays comme la Grande-Bretagne s'adopteront ainsi que les Navy Seal US.
Développé en Suisse par Sig et fabriqué en Allemagne chez Sauer, le P226 est réputé plus fiable que le Beretta 92 et offre une meilleure précision que les Glock.
En 1998, le P226 a été chambré en calibre 357 et 40.



Fiche technique simplifiée :


- Calibre : 9 mm au 22SAS
- Longueur : 19,6cm
- Longueur du canon : 11,2cm
- Poids non chargé : 0,750kg


Le 9 mm du « Regiment »


Le SAS utilise en effet le P226 en version 9 mm. Les « troopers » l'ont adopté après la Guerre du Golfe en remplacement du bon vieux Browning HP35. Comme pour son prédécesseur, l'unité anti-terroriste CRW utilise un chargeur rallongé d'une capacité de vingt cartouches.
Les dernières photos de membres des Forces Spéciales Anglaise prises courant 2005 en Irak montrent l'utilisation de cette arme avec un chargeur standard. SAS ? SBS ? Nouvelles unités de soutien ? Le P226 reste encore l'arme de poing des FS britanniques.

Le P228 est une variante plus compacte avec un canon un peu plus court. Je ne l'ai jamais vu sur une photo de SAS mais il se dit que cette arme serait utilisé par le « Regiment » pour ses missions de protection et de surveillance rapprochée. Il s'agit de supputation mais cela parait probable.


Une réplique airsoft courante :


A ma connaissance, cette arme n'existe pas en pistolet à blanc et je ne n'ai pas fait de recherches approfondies pour la trouver en version démilitarisée.

Le modèle à gaz est très courant du fait de l'utilisation du vrai par les Navy Seal, unité prisée chez les airsofteurs. Le revers de la médaille est justement que l'on trouve principalement la version US avec le rail sous le canon.
J'ai joué longtemps avec deux modèles :


Le Marui est une bonne réplique fiable comme d'habitude chez ce fabriquant mais malgré le système « heavy weight » qui simule un poids réel, l'aspect plastique me dérange.



Le KJW est un modèle métal très réaliste avec cependant un problème de marquage fantaisie. Nous avons tous eu dans l'équipe des problèmes de fuites au niveau des chargeurs, quasiment tous ont été rapidement défectueux. Ce problème est vraiment dommage car cette réplique est solide.
Pour le modèle sans rail que l'on voit sur les photos de SAS, Tanaka propose cette version. Personnellement pour les « impressions » du blog, j'utilise un simple « spring » de fête foraine amélioré au pinceau pour plus de réalisme.


Sources :

Wikipedia, la gazette des armes et « SAS rescue » de Barry Davies.

Repost 0
Published by MENATOR - dans ARMES
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 09:13

Voici un petit résumé/souvenir de la sortie du mois de Mars 2009 organisée par les RAPAS 40 chez eux avec les copains du FROG. La mission consistait à enlever un trafiquant d'arme dans un pays neutre. Merci aux participants et aux organisateurs en particulier Cédric pour avoir brillamment joué le "méchant", aux propriétaires des champs et forêts ainsi qu'à Monsieur le Maire pour les facilités.

Les groupes :


RAPAS 40 (Hannibal, Max et Kal)


FROG (Mc Gyver, les RAPAS, Bonz et Wazzock, il manque Wanted qui a pris la photo)


22SAS12 (Koursk, Menator et Ayen).


Après la présentation des joueurs, voici maintenant le rapport de mission effectué par Hannibal pour son groupe, il n'y a rien à rajouter.

RETEX 0309

Groupe RAPAS40 // Effectif : 3 (Kal, Max et moi-même)

J'aimerais en premier lieu remercier une nouvelle fois Athos et Pousse-Cailloux pour leurs conseils précieux concernant l'organisation de ce week. De même, je tiens à dire un immense merci à Cédric (la cible) d'une part pour avoir procédé au largage le vendredi soir mais surtout pour avoir joué plus que le jeu samedi soir.

4h19, nous sommes largués au niveau de la borne sur la ----. Point topo : il faut faire vite, le rendez-vous est fixé à 4h30 à l'intersection -- -- ---- et -- -- ----, côté Nord-Est. Quelques minutes plus tard, arrivés à destination, un équipier de la FROG en position de sécu aux alentours de l'intersection nous repère et nous indique de rejoindre le chef de groupe. Un petit tour d'horizon de l'équipe, pas de blessés ni de problèmes radio. Nous avons ordre de partir en tête pour sécuriser le bunker en bordure de la route au point d'altitude 89, en bordure du champ de ------. Arrivés sur place, je poste mes hommes et nous nous mettons en attente. Les premiers à arriver sont les SAS12. Ils renforcent notre périmètre tandis que Ménator se met à l'abri pour faire le point. La Frog arrive ensuite, se met en position pour me remplacer et wazz et moi rejoignons le chef pour un point topo. Nous repartons en longeant la lisière du champ pour rejoindre le chemin sur lequel aura lieu l'embuscade demain soir. Avec mon équipe, nous en sécurisons l'accès Est pour laisser le SAS analyser les lieux. Une voiture arrive. Elle tourne. Le gros du groupe reviens et nous repartons en longeant -- ---- ------ pour rejoindre le secteur de bivouac. 1,7 km plus tard, nous stoppons. Ménator et Max vont assurer le premier quart pendant que nous montons le bivouac. Kal et moi assurerons la patrouille 9h30 - 10h30. A 13h00, nous devons être prêts à repartir.
13h00 : nous nous rassemblons autour de Ménator qui nous explique le programme. Nous camouflons nos sacs. L'après-midi va être consacrée au drill. Tube arrière, double contact et méthode de repli en effectif supérieur à 4.
15h30 : nous prenons une pause repas avec les SAS....pour reprendre le drill 1h plus tard. Nous allons répéter l'embuscade du soir. Mon équipe est chargée de l'arrestation à proprement dite ainsi que de l'extraction. Nous serons postés en ligne selon l'axe de déplacement de la cible.
Nous installons ensuite le bivouac du soir, mangeons et nous reposons 30min. 20h30, prêts à décoller. Nous partons en tête avec objectif de sécuriser la passage pour les deux autres groupes qui iront observer -- ----- ----------- sur notre route. Test Radio. OK, en route, rythme lent et discret. Nous arrivons sous -- ------ ---------. Je stoppe et met en place mon dispositif et fais un point topo rapido. Nous ne sommes pas exactement à l'endroit où j'envisage de faire traverser les 2 groupes. J'avance mon dispositif de 100m. Cette fois-ci, c'est OK. 21h40 : les SAS et la Frog s'infiltrent. Les Frog reviennent en premier et se placent en avant de notre position. 22h00 : les sas reviennent et nous repartons en tête. Arrivés à 50m du passage à niveau, je stoppe la colonne et place mon équipe à couvert. Je rejoins Wazz et Ménat pour un point topo. Nous sommes en avance et avons ordre de faire une reco sur les chemins au nord de celui qui nous intéresse. L'axe principal est impraticable pour une voiture de ville et les chemins avoisinants sont bouchés par des arbres couchés par la tempête. Notre cible ne pourra pas passer par ici. Nous continuons notre reco sur la portion nord pour déboucher sur -- - ----- -------. J'informe Ménator. Nous devons rejoindre. Nous abordons le chemin cible par l'ouest, les sas ont mis le traquenard en place. 23h45 : nous sommes en stand by. 00h07 : la Frog signale le véhicule cible en approche et précise que la cible est présente et seule. Elle aborde l'entrée du chemin et....le véhicule stoppe ! Moment de flottement....il descend du véhicule et continue à pied. Nous devrons donc le stopper avant qu'il ne déclenche l'explo qui devait stopper le véhicule. Je bondis par-dessus le talus, aveugle la cible en le sommant de s'arrêter. Dans le même temps, Kal et Max sont sur lui et procèdent à la fouille. Nous trouvons un Colt1911, des clés ainsi que des documents. Sans perdre plus de temps, nous extrayons la cible. La Frog nous ouvre le passage. Les SAS "nettoient" la zone et ferment la marche. Nous remarquons que des ------------- sont ---------- au ----- -------. Nous continuons jusqu'au lieu d'extraction. 00h45 : l'intégralité du groupe est rassemblée au point d'extraction : FINEX.

Les photos des joueurs en pleine action :

 


Hannibal et kal dans les duvets


Wanted le Maître des Clefs


Koursk et Wazzock


Wazzock et Menator

Que des sourires, un bon résumé de ce week-end !

Repost 0
Published by MENATOR - dans MILSIM
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 12:07

Au 22SAS12 nous sommes fan du cinéma de Michael Mann, de Terrence Malick ou encore de Peter Weir (cf photo)
On aime bien entendu les livres, McNab et autre Falconer mais aussi et surtout des classiques comme l'oeuvre de Peter O'Brian.
Parfois le cinéma nous offre des adaptations sublimes comme "Master and Commander" c'est à dire O'Brian vu par Peter Weir, il n' y a pas de surprise.

Depuis ce chef d'oeuvre sortie en 2003 le réalisateur du "Cercle des poetes disparus" n'a pas fait parlé de lui. Il tourne actuellement l'adaptation d'un livre bouleversant dont je vous avais parlé il y quelques années car Andy McNab le cite dans sa biographie.
Je veux parler de"A marche forçée" de Slavomir Rawicz.

Colin Farrell jouera le prisonnier polonais et Hed harris son ami américain, il seront accompagné à l'écran par Jim Sturgess et Mark strong. Le tournage a débuté il y a quelques jours en Bulgarie. L'équipe partira ensuite pour le Maroc et l'Inde. J'aurai imaginé Christian Bale pour le rôle principal car il est habitué à ce genre de rôle au lieu du massif Colin Farrell.

La publication du livre en 1956, en pleine Guerre Froide, avait fait couler beaucoup d'encre. La véracité du récit de cette incroyable évasion avait été plusieurs fois remise en cause jusqu'à ces dernières années.
Peut-être la sortie du film permettra de nouvelles révélations sur cette aventure et son protagoniste qui est toujours resté discret jusqu'à sa mort en 2004.

Repost 0
Published by MENATOR - dans LIVRES -CINE -1-6
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 13:59

Le Browning HP35 au sein du Special Air Service.

Bref historique :

Ce pistolet fut la dernière arme inventé par l'américain John Moses Browning, il déposa le brevet en 1925 un an avant sa mort. Il faudra attendre une dizaine d'années et quelques modifications avant que la firme belge FN Herstal ne fabrique les premiers modèles appelé GP35 (GP pour Grande Puissance) à partir de 1935.
Pour l'anecdote, ce pistolet est la seule arme fabriquée par les deux belligérants durant le Second Conflit Mondial, les allemands le produisent en Belgique occupée sous le nom P35 et les canadiens sauvent les plans originaux avant l'invasion. Ils le produisent à Toronto sous la dénomination la plus connu Browning HP 35 (HP pour High Power).
Après la guerre, les belges reprennent la production et le pistolet est utilisé à travers le monde par diverses forces de polices et les militaires.
Succédant au révolver Enfield 38, il devient le pistolet règlementaire de l'armée britannique sous la désignation de L9A1.
Après diverses améliorations, il est encore utilisé aujourd'hui par les anglais et les belges. Avec le colt 1911 il fait parti des deux plus vieux pistolets toujours en service dans le monde.

Fiche technique simplifiée :


- Munition : 9mm Parabellum (versions existantes en 7,65 Parabellum et .40 S&W)
- Longueur : 20cm
- Longueur du canon : 11,8cm
- Poids non chargé : 0,810kg
- Poids chargé : 0,986kg
- Capacité des chargeurs : 13 ou 20 (9 mm Parabellum), 10 (.40 S&W)

Le pistolet du Special Air Service :

Entré en service comme arme de poing principale du Special Air Service au moment du conflit d' Aden en 1964, le Browning HP35 a subit bien des améliorations notamment au cour des années 80, je ne connais pas les spécificités des modèles utilisés par le Regiment. Je sais cependant que les « troopers » ont utilisé des chargeurs rallongés de 20 coups à la place du chargeur standard de 13 coups.
Selon l'ancien SAS Barry Davies, les hommes aimaient la fiabilité de son mécanisme, sa facilité d'entretien et sa grande capacité. On le voit régulièrement sur les photos du CRW des années 80.
Alors qu'il est encore en service au sein des forces armées britannique, les SAS l'ont remplacé par le Sig Sauer P226 après la Guerre du Golfe en 1991.

La réplique rare pour la reconstitution :

Cette arme n'a pas été beaucoup produite en réplique airsoft, à ma connaissance seul le fabriquant Tanaka propose à la vente la version mkIII .
Le modèle démilitarisé est relativement cher, son prix avoisine les 1000euros pour un modèle généralement ancien.
Vous pouvez aussi acquérir le modèle à blanc peut-être le plus réaliste et le moins cher en n'oubliant pas bien entendu le chargeur long.

Sources :

Article wikipedia et livre de Barry Davies "SAS Rescue".

 

Repost 0
Published by MENATOR - dans ARMES
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 13:08
Le vieil adage « tu vis avec ton sac, tu combats avec ton gilet et tu survies avec tes poches » est en partie vérifié.

Voici la composition de mon sac à dos pour un scénario "milsim" de reconnaissance et de renseignement sur 72 heures par mauvais temps. Le contenu peut changer suivant le caractère de la mission et la météo mais c'est une bonne base. Je transporte essentiellement l'eau, la nourriture et le kit bivouac.

Le contenu :


à gauche de haut en bas :
- affaires de rechange dans une poche étanche (chaussettes, sous-vêtement, masque de nuit)
- boite incassable (car je l'a met sur le poche frontale) avec le lot de piles, les batteries pour la radio, un accu supplémentaire pour l'AEG et un kit réparation.
- le sur-sac étanche camouflé pour le BFM

au centre de haut en bas :
- un grand kit médical et hygiène
- 24H et plus de nourriture
- une ration TTA 24H française customisée
- un matelas gonflable
- un sac de couchage, son sac à viande et son sur-sac étanche
- une bache épaisse OD pour le sol
- un basha DPM
- des poches poubelles épaisses pour protéger le tout

à droite de haut en bas :
- le kit bivouac (sardines, para corde et tendeurs)
- le sac d'hydratation 2 litres
- une pelle pliante

Il s'agit de matériel de confort, le nécessaire vital à la mission est transporté dans le gilet de combat et la smock. J'ai ma cantine, 24h de ration, deux gourdes ainsi que la gore-tex sur mon gilet et la smock.

Le contenant :



Mon sac trois jours BFM fabriqué par Camelback sans la sangle dorsale.
J'ai utilisé durant plusieurs années un sac bergen 100 litres qui permet un plus grand emport, on bénéficie d'une marge de manoeuvre par exemple, si on doit vider le camp de base rapidement, on peut tout fourrer à l'intérieur ce qui n'est pas le cas du BFM où tout doit être bien rangé pour gagner de la place. Cependant le BFM est mieux conçu, il est plus léger, son port est agréable, il est donc parfait pour ce genre de mission. Pour le transport d'outils ou de munitions, il faudra quand même voir plus grand. 

Le contenu dans le contenant :

Je suis autonome pour une durée de 72 heures voir plus avec un poids de 12 Kg.


La pelle et le sur-sac camouflé sont situés dans les poches latérales pour un accès rapide, de plus une fois sale et mouillés, ils ne souilleront pas les autres affaires. Le basha DPM, qui est la première chose que j'installe pour mon bivouac, est dans la poche frontale inférieure pour les mêmes raisons. Sur la poche frontale, je mets le nécessaire d'entretien et les piles dans une boite incassable. Il me reste de la place que j'utilise comme fourre-tout. 
Dans le sac, de bas en haut, je met la bâche, le sac de couchage qui sera compressé par le poids des ration et du kit médical. Le sac étant légèrement pyramidal, je complète les espaces avec le kit bivouac et au dessus le matelas gonflable que j'aurai préféré mettre en dessous mais je n'ai pas la place.
Il y a beaucoup de rangement dans le sac BFM mais je ne l'ai utilise pas, je préfère les boites en plastique car elles sont étanches, solides et on voit ce qu'il y a à l'intérieur.
Je consomme en priorité l'eau et la nourriture du sac gardant ce que je transporte sur moi pour les coups durs.



On est loin des "frigos" transporté par les SAS, il s'agit simplement de matériel pour un bivouac "milsim" confort.
On organise au mieux le contenu avec le reste du groupe, je peux par exemple remplacer mon basha ou ma bache pour un monoculaire puissant, puisque j'ai pris une pelle, mon binome prendra la scie pliante etc etc.
Repost 0
Published by MENATOR - dans TECHNIQUE
commenter cet article

Articles Récents

Catégories