Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 12:09
La Stable Belt (littéralement « ceinture d’écurie ») est un élément de l'uniforme des forces armées britanniques et des autres pays du Commonwealth. Il s'agit d'une large ceinture de tissu (environ haute de 3 pouces), généralement d’une seule couleur ou rayée horizontalement avec deux couleurs différentes ou plus. La ceinture se ferme au moyen de deux lanières de cuir et deux petites boucles sur le côté voire parfois par une grosse boucle ronde chromée travaillée sur laquelle figure le motif du régiment. Cette ceinture est portée autour de la taille, que ce soit dans les boucles de ceinture du pantalon ou d’une jupe ; ou sur le pull-over réglementaire. 

stable-belt.jpg

 
A l'origine, les Stable Belts étaient portées par les membres des régiments de cavalerie avec leur tenue de travail, de façon à préserver leur tenue lors du nettoyage des écuries et des chevaux. Après la Deuxième Guerre Mondiale, l’usage de ces ceintures s'étendit à toutes les branches des forces armées, chaque régiment rajoutant une touche de couleur distinctive pour rompre avec la couleur terne Kakhi traditionnelle des uniformes de travail. Le port de cette ceinture est propre aux régiments. Certains l’imposent, d’autres tolèrent qu’elle ne soit pas portée. Lors de leur admission au sein du SAS, chaque nouvel élément se voit remettre sa ceinture bleue en plus du béret sable.

Aujourd'hui, chaque régiment et corps de l'armée britannique dispose de sa propre ceinture, souvent très colorées. La Royal Navy, les Royal Marines et de la Royal Air Force ont aussi leurs propres stable belts.
 
Celle du Special Air Service est composée d’une seule couleur, le bleu Roi, et d’une boucle de ceinture chromée sur laquelle est emboutie la Flaming Sword (plus connue sous le nom de dague Ailée) représentant le Régiment. Elle est portée par les membres des 21, 22 & 23SAS. Le 264 (SAS) Signals a également sa propre ceinture. Les couleurs sont celles du Signal Corps mais la boucle celle du SAS.
 
  

sas-stable.JPG

           Special Air Service  
264sas-stable.jpg

      
          264 (SAS) Signals
 
 
 
Le Special Boat Service s’est lui-aussi vu attribué une nouvelle Stable Belt récemment. Cette dernière est de couleur vert foncé (ou « Lovat Green », la même couleur que leurs bérets) et le nouvel insigne du régiment y est embouti. On notera la boucle bronzée et non chromée.

sbs-stable.jpg

                                  
Un site anglais recense l’intégralité des Stable Belts existant ou ayant existé : http://www.stablebelts.co.uk/
 
Merci à Phil aka Gerboise pour son premier article, j'espère qu'il y en aura d'autres de cette qualité. 
Des photos d'une stable belt SAS sur une tenue Barrack Dress.
Repost 0
Published by GERBOISE - dans EQUIPEMENTS
commenter cet article
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 12:22






Porté part celui qui nous semble être un membre des FS anglaises en Irak

Le sac à dos est fabriqué en cordura 1000 deniers, tissu extrêmement résistant à l'abrasion (4 fois plus que du nylon normal, voire 20 fois plus que le coton). La surface légèrement rugueuse est typique pour ce tissu. L'unité de mesure du cordura est le denier, pour le poids du fil en grammes, pour une longueur de fil de 9000 mètres. 

emport :

dsc02379vc6.jpg

Le corps extérieur du sac à dos est recouvert de passants molle en cordura ce qui est compatible avec tout MOLLE, BALCS, le SOF-SNAP Paraclete et les poches MALICE. Figurent de chaque coté du sac à dos, une fente recouverte de passant molle qui sont parfaites pour y insérer plusieurs instruments tels que les attelles, les cartes, etc. Le compartiment principal a une capacité de 35 litres. Il s'ouvre et se ferme à l'aide d'une fermeture éclaire faisant le pourtour du sac, ainsi que de plusieurs boucles fastex. Enfin le sac est pourvu de tout un tas de sangle qui peuvent être utile si l’on souhaite accrocher un poncho, une bâche etc…

dsc02364an9.jpgdsc02365la0.jpg
dsc02367wd6.jpgdsc02368ar2.jpg















Sur le haut du sac se trouve deux fentes renforcé, avec un ‘’battement’’ en Cordura et en Velcro, pour les antennes radio militaires et les câbles :

dsc02360kj9.jpg

dsc02361go6.jpg

















Figure aussi une boutonnière s'ouvrant en haut au centre, pour le tube Camelbak. En effet, l’intérieur du sac est pourvu d’une poche interne où l’on peut y insérer une poche d’hydratation. Il est aussi équipé de deux sangles horizontal et deux sangles vertical pour maintenir l’équipement en place. Il dispose aussi de deux compartiments « maillé », le tout zippé pour porter les articles qui tombent toujours au fond du sac. Derrière ces compartiments en « maille », on trouve une grande poche qui se ferme à l’aide de velcro.

photos de l'intérieur :

dsc02370sz3.jpg

















dsc02372as2.jpg
















Le RAID PACK est un modèle déposé par Lightfighter, produit par la suite par EAGLE. Il existe deux modèles : le "jumpable" et le standard; Celui montré sur les photos est la version jumpable. La différence entre les deux modèles est que le jumpable est pourvu de sangle permettant de le fixer à un parachute, d'où son nom.
Aujourd'hui ATS a racheté Lightfighter et on trouve donc ce sac que chez eux.

http://www.atstacticalgear.com/
http://lightfighter.net/eve

review réalisée par Romain aka cpttontonryan
Repost 0
Published by ROMAIN - dans EQUIPEMENTS
commenter cet article
16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 12:09
JailCell2.jpgSterling Lines, Hereford décembre 2007
Une première au sein du Regiment, six militaires rattachés au 22SAS ont été accusé de détournement de fond. Entre 2003 et 2006, grâce à de fausses notes de frais et à des doubles factures, plus de 250 000 Livres ont disparu des comptes du programme d'entrainement SAS Jungle de Brunei et Bornéo . Le MoD a confirmé la mise en examen de deux vétérans du SAS et de quatre militaires rattachés aux services administratifs. Leur identité n'a pas été communiqué pour des raisons de sécurité. Ils seront entendus devant un juge militaire le 19 décembre dans le cadre d'une première audition, ils encourent jusqu'à cinq ans de prison.

source : The times du 14 décembre
Repost 0
Published by MENATOR - dans 2001-2012
commenter cet article
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 08:57
Tout a commencé il y a bientôt deux ans en Janvier 2006 avec mon commentaire sur le blog des éditions Movie Planet : J’ai adoré « celui qui s’est échappé »…
Comme avec certains d’entre vous j’ai établi une correspondance avec François l’éditeur de Chris Ryan qui publiera ensuite John Geddes et Duncan Falconer. Chose rare, il s’est montré très curieux sur notre approche de la reconstitution et l’idée d’une rencontre a rapidement vu le jour. Il a fallu attendre plusieurs mois pour que l’occasion se présente et c’est en toute simplicité que François nous a invité au mois de Novembre pour passer quelques jours à Paris avec un des ses auteurs : l’ex SBS Duncan Falconer.
 
Les jours passent, l’organisation du week-end se met en place, François a une mission spéciale sous le coude, l’excitation grandit et c’est en grande pompe que nous partons Frog et moi pour Paris le jeudi après le travail. Koursk est censé nous retrouver le samedi matin, il nous laisse partir non sans nous avoir averti de l’émission de Radio Classique sur Jordi Savall, le second maître spirituel de Frog.
Il pleut, la route est monotone mais il y a la folie des grands week-end dans la voiture, les fous rires nous font rater une sortie et rallongent notre route mais ce n’est pas grâce. Le vrai seul problème reste qu’à l’heure prévue nous ne captons plus France Inter, qu’importe, il reste Skyrock.
 La nuit passe, nous avons bien "rapé" et roulé. Nous arrivons sur Paris au matin où nous avalons les derniers kilomètres sur un périphérique saturé, l’excitation s’estompe avec les minutes passées dans les embouteillages, viennent alors les vrais questions que nous n’avions pas voulu nous poser : et si ?
Et si le courant ne passait pas avec François ?
Et si Falconer nous trouvait ridicule ?
Et si ce week-end tant espéré virait au cauchemar ?
 
Arrivé au lieu de rendez-vous, un homme lorgne sur le 12 de notre plaque minéralogique : 
Salut les gars je m’appelle François, j’espère que vous avez fait bonne route.
Il nous installe à notre quartier général pour le week-end et nous briefe pour l’opération du soir avant que nous ne décollions pour rejoindre son auteur qui doit donner des interviews.
Au volant d’une Audi A4 break noire louée pour l’occasion, nous allons vers un café de l’Hôtel de Ville où nous attend Duncan Falconer. L’ambiance est détendu dans la voiture, pas encore d’exception cette fois-ci, le courant passe bien comme avec chacun d’entre vous que nous avons le plaisir de rencontrer. Au bout de quelques minutes c’est en riant que notre pilote dit qu'il s était posé lui-aussi cette fichue question : Et si ?
 
Nous arrivons sur la devanture de l’établissement, un regard franc m’interpelle et je reconnais l’auteur derrière les vitres de la porte d’entrée.
Première surprise, je trouve qu’il ne ressemble pas vraiment à la photo du livre. L’homme est imposant : grand, massif et rustique, un visage étonnamment doux brise cet ensemble. Je le trouve plus jeune mais il a le même regard clair que sur la photo.
Les présentations sont brèves, nous nous engageons dans la rue pour rejoindre le lieu d’entretien . François lui explique le déroulement de la journée, Frog et moi fermons la marche, nous sommes impressionnés par sa carrure et par son regard.
Deuxième surprise, c’est lui qui engage la conversation, on parle un peu de tout et de rien : de sa vie en Afrique du Sud, l’auteur semble vraiment décontracté, il est aimable et avenant, nous sommes enchanté.
 
Nous laissons François et Duncan avec les reporters et prenons la direction de République, Rue de la Folie Méricourt plus exactement pour passer le début d’après midi aux surplus locaux mais surtout à la librairie Histoire et Collection. Frog et moi en profitons pour parler de la mission clandestine organisée par François qui fait sien la célèbre devise : « Who dares wins ». Malgré la présence d’un SBS à nos côtés, nous sommes assez sceptique.
Lorsque nous retrouvons le reste du commando, nous leur faisons part de nos craintes, François nous assure avec un grand sourire qu’il connait un bon avocat. L’enthousiasme de cet éditeur audacieux plein d’humour nous séduit.
Installé discrètement dans un parking souterrain nous enfilons la tenue noire CTW devant Duncan Falconer qui n’en revient pas. Il regarde en détail la tenue, les répliques des MP5 et P226 qui est selon lui plus précis que son Browning HP employé à l’époque. Il nous explique entre autre que nous devrions mettre un mousqueton à notre tenue en cas d’hélitreuillage et nous rappelle d’avoir toujours une clé anglaise à portée de main. Je vous laisse lire En première ligne pour savoir de quoi je parle. Quoi de plus gratifiant que de présenter une tenue devant une personne qui l’a porté en opération il y a plusieurs années.
Mais que dire encore de cette étrange sensation en traversant en voiture un Paris illuminé pour les fêtes, vêtues de tenue d’intervention en écoutant Duncan Falconer répondre avec précision et humour à nos questions.
De l’historique de la grenade flashbang en passant par les calibres d’armes utilisés, l’auteur joue le jeu et nous fait parfois mourir de rire :
Quel est selon vous l’endroit du globe le plus dangereux actuellement ?
-Il y en a beaucoup mais disons que je ne travaillerai pas à Bagdad avec une photo de George Bush sur mon tee-shirt…
 
Nous arrivons enfin à notre destination et il est temps que je vous révèle notre mission : à savoir créer un "buzz" au Salon du Polar de Montilly-les-Cormeilles où ni l’éditeur et son auteur ne sont invités et encore moins leur escorte en noir.

affiche-2007.jpg

 
Il est 19H, il fait nuit noire et la pluie bat la cité, toutes les convives sont au chaud à l’intérieur en train d’écouter le Maire de la ville prononcer son discours d’inauguration de cette dixième édition.

Nous encadrons l’auteur, la main sur le MP5, François ouvre la marche au devant du portier : 
Je vous présente Duncan Falconer, ne vous inquiétez pas ils sont avec moi.
Un ange passe…
Nous fendons la foule pour nous placer au milieu de la salle, tous les regards ont quitté la tribune et ses invités d’honneur pour nous fixer. Je suis relativement mal à l’aise mais je chie dans ma combinaison quand je reconnais le Maire qui parle devant nous et qui n’est autre de Robert Hue ancien candidat à la présidentielle du Parti Communiste.

robert-1.jpg

 

Un "d’jeun" plus téméraire que les autres m’accoste : 
Vous venez pour les émeutes ? Non gamin c’est du spectacle, je ne fais pas de social.
Robert Hue termine son discours, tout le monde applaudit sans toutefois nous quitter des yeux.
Notre jeune ami rejoint ses compagnons et j’entends : 
Je ne te crois pas, je te dis que ce sont de vrais armes…
J’ai très chaud, je replace nerveusement ma cagoule en nomex lorsque arrive devant moi le Maire et le cortège municipal. Robert Hue vient me serrer la main : j’essaye de bien articuler Bonjour Monsieur le Maire sous ma cagoule… 
-Je vous présente votre autorité : Madame la préfet
Bonjour Madame. Je m’excuse mais ce soir je suis dépendant de l’autorité de Duncan Falconer…
 
François, toujours audacieux, a discrètement pris place sur l’estrade, nous le rejoignons pour une séance photo avec des journalistes et des d’jeunes maintenant rassuré. Le responsable de la sécurité vient nous demander pourquoi il est le dernier au courant ? L’ambiance s’est détendue, le buzz a fonctionné, nous nous retrouvons au bar pour savourer un bon vin.

GetAttachment.jpg

 
 


Il est temps de partir, nous rendons Duncan à sa famille pour la soirée et nous passons un très bon moment à table avec François à parler littérature, cinéma, reconstitution mais aussi vie de famille et projets personnels.

Il se fait tard, notre ami nous dépose à notre luxueuse base opérationnelle. Koursk est dans le train de nuit, il nous retrouvera demain matin.
Avant de nous endormir, Frog et moi évoquons ce moment magique dans le parking après le Salon du Polar où Duncan nous explique les positions d’engagement au MP5. Il a l’œil qui brille et tel un boxer vient tester notre garde. On repense aux premières sorties sur le Causse il y a quatre ans ; Un SBS vient de nous expliquer comment mieux gérer nos assises.
 

GetAttachment2.jpg

 

 

 













Samedi matin, alors en plein sommeil, le téléphone retenti :
Je suis en bas
Koursk nous a enfin rejoint après une dure nuit passée dans un wagon couchette.
Le bistrot du coin : un petit noir et un croissant, Frog et moi lui racontons des bribes décousues de la journée passée. Olivier Lejeune passe devant nous, on ricane, il rentre dans une voiture de sport, on ne rigole plus. Ah l’argent… la discussion tourne sur la prostitution et les choses amorales, c’est bon de se retrouver tous ensemble.
Nous allons aujourd’hui accompagner François et Duncan a deux séances de dédicaces dans les magasins Cultura.
Afin d’éviter de faire trop "groupe anti-émeute", nous allons panacher les uniformes, Koursk enfile sa tenue type SBS A-stan. Un dernier briefing sur la Minimi, on règle quelques sangles, François arrive, nous passons récupérer Duncan et nous nous changeons une nouvelle fois dans un parking souterrain. Koursk, en DPM, est face à l’auteur qui s’approche et lui dit :
Ta tenue est bien mais tu ne dois pas porter ce shemagh, je t’expliquerai pourquoi …
Nous revoilà dans les bouchons, François , notre pilote, fait une visite enrichissante de la Capitale, Duncan lui, donne un cour universitaire sur le shemagh, quelques blagues fusent, nous parlons aussi de géopolitique, l’Iran bien entendu mais aussi l’espace méditerranéen. La route est agréable sauf pour celui qui conduit et qui ne joue pas les touristes.
Arrivé au premier Cultura, branlebas de combat , cette fois nous sommes attendus, les vigiles sont prévenus, je suis bien plus détendu, nous allons pouvoir jouer un peu la comédie.
Un stand est installé à l’entrée du magasin, personne ne peut nous rater et c’est bien cela le problème.
Le père Noel porte cette année un masque à gaz S10…

xtmrkp21.jpg

 
de gauche à droite : Frog, Duncan Falconer, Menator et Koursk
Les visiteurs sont surpris, beaucoup sont venus faire les emplettes de Noel en Famille. Nous ne sommes pas hostile, nous essayons de bavarder avec les jolies Mademoiselle mais rien n’y fait les gens ont peur. Nous avons quand même le plaisir de discuter avec quelques curieux, amateurs d’uniforme mais le responsable du magasin vient nous demander d’arrêter car plusieurs personnes se sont plaints. On avait pourtant lavé nos tenues pour l’occasion.

koz65859.jpg

 

 
François et Duncan ou l'ennui

Nous passons donc l’après-midi à discuter avec nos amis et des passionnés venus exprès pour les dédicaces. Il n’y a pas foule, qu’importe, Falconer joue vraiment le jeu, il est plein d’humour. Je tente de lui faire dédicacer «code veilleur » en vain. Il nous rappelle que la patience est le maitre mot dans le SBS, il se souvient avoir passer huit jours en planque. Nous avons l’après-midi pour discuter procédures, petites histoires, taille de pierre, actualité etc etc J’ai apporté quelques photos prises ces dernières années en Irak, il est intéressant d’écouter son avis, il est toutefois peu branché matériel car il vient de la vieille école lorsque les SBS inventaient et testaient toutes sortes d’équipement. Je crois qu’il en est de même pour la majorité des opérateurs.

38i47imt.jpg

 

 
Les commentaires de l’auteur sont de trois sortes :
Il a vu ou assisté à un événement, un ami lui a rapporté son histoire et le dernier : je ne me prononce pas. Il nous explique que les membres des forces spéciales ne parlent pas de leurs missions. Il ne s’agit pas d'une question de secret défense mais simplement de pudeur. Par exemple il travaille avec un homme qu’il est persuadé de connaitre. Il l’avait vu lors d’une mission il y a vingt ans. Au bout d’un certain temps il lui dit simplement le nom du pays et ce dernier sourit. Les deux hommes se sont compris mais ne vont pas en dire plus.

boi31koe.jpg

 

 
Les séances de dédicaces sont terminées, on retourne maintenant au centre de Paris. Nous sommes installés tous les trois en tenue à l’arrière de l’Audi. Nous sommes en grande forme et on enchaine fou rire sur fou rire. Tout est bon pour rigoler, au total une centaine de remarques foireuses dont une dizaine réellement drôle et trois ou quatre amorales punissables par la loi. Encore quelques heures dans les bouchons, on raille le chauffeur qui voit rouge mais ne dit rien, François a vraiment un flegme britannique. Duncan n’est pas le dernier pour en sortir de bonnes et c’est en rigolant que nous arrivons à notre parking souterrain. Il est 19H, tout le monde a faim et soif, il ne faut pas perdre de temps. Nous nous affairons à quitter et à ranger le plus rapidement possible nos tenues. Nous sommes à moitié nue et le SBS joue au sergent instructeur :
Allez les gars, plus vite, nous allons nager maintenant !
La Seine n’était pas loin mais c’est avec soulagement que nous rejoignons un restaurant pour terminer la soirée.
Comme le hasard fait bien les choses, nous nous sommes retrouvés dans un établissement tenu par un… aveyronnais. Ils sont en effet nombreux dans cette profession à Paris. Le patron honore la tradition d’accueil, nous nous trouvons des connaissances communes et c’est avec fierté que nous avons présentons les spécialités de notre terroir à nos amis. François connait mais Duncan nous averti :
Je mange tout sauf les yeux, le museaux, la langue, les oreilles, les entrailles et les parties génitales d’un animal. Si c’est le cas, merci de ne pas me le préciser.
En savourant un plat de charcuterie nous présentons notre livre de famille avec les photos de quatre ans de reconstitution. Hélas sur la première image nous portons le béret sable, l’auteur le referme aussitôt en rigolant. Duncan va le feuilleter attentivement, portant un grand intérêt pour les tenues des parachutistes français libres. Il souligne quelques erreurs dans la position des armes ou les postures mais nous félicite pour l’ensemble du travail.
Sur un écran à coté de notre table, Biarritz affronte l’équipe de rugby de Sales. Nous parlons de ce sport et du match France-Nouvelle Zélande lors de la dernière Coupe du Monde. Duncan l’a suivi en Angleterre avec des amis SBS et a été agréablement surpris de la victoire des bleus. Il nous raconte que c’était une des rares fois ou il avait pu voir des anglais applaudir les français. Selon lui cette victoire était mérité et les anglais sont fair-play. Il nous fait mourir de rire quand il précise que si les maillots à la rose affrontaient l’équipe de rugby d’Al Qaida, les écossais encourageraient Ben Laden !
Le vin est bon et la nourriture excellente, les heures passent. Nous parlons de sujets sérieux d’Histoire ou de géopolitique, de sujets plus intimes comme le mariage de Koursk  ou le semgma; François fait son coming out musical et l’auteur narre de façon extraordinaire des anecdotes qui auraient pu figurer en bonnes pages de En première ligne !

d8gvmwyt.jpg

 
Encore un peu de vin, quelques éclats de rire et il est temps de sortir de table pour aller nous coucher.
L’auteur nous quitte après une franche accolade. Encore ému par tant de gentillesse et de simplicité, nous disons au revoir à François et lâchons un timide merci.
Sur le chemin du retour les mots manquent, ce week-end a été exceptionnel. Comment expliquer les émotions que nous ressentons et comment remercier la personne qui nous a invité à cette formidable rencontre ?
J’ai essayé de vous faire vivre ce week-end en faisant un effort littéraire, il faudra le voir comme un hommage à notre éditeur préféré.
Repost 0
Published by MENATOR - dans TEAM SAS12
commenter cet article
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 10:21


Blabla autour d'Andy McNab...
Sont rassemblés ici les articles publiés précédemment sur le blog. Visitez d'abord les pages de l'auteur, de ses romans en français puis en anglais avant de suivre son actualité :


SEPTEMBRE 2008
François l'avait annoncé en début semaine sur son blog, je rentre de librairie où j'ai trouvé l'objet en question qui tronait sur le rayon nouveautés.
J'ai cherché "les brumes du golfe" durant des mois sur e-bay ou amazon et j'avoue que ça fait tout drôle de voir ce livre en livrairie car il était introuvable. Les plus anciens se rappelleront sa sortie avec les articles de RAIDS au moment des casques bleues à Sarajevo.
J'aurai vu une couverture moins bleuté rappelant le desert et peut-être un mot actuel de l'auteur comme dans la version de "celui qui s'est échappé" sortie chez Nimrod il y a quelques mois mais je deviens difficile. il n'y a pas de photos, seulement deux cartes et le plan de la cellule comme dans la versionpubliée chez I-frane
Courez vite récupérer ce livre avant qu'il ne soit épuisé, ceux qui ont la chance d'avoir l'ancienne version pourront aussi l'acheter et n'auront ainsi plus de scrupules à le pretter. Peut-être les éditions Archipel nous ferons le plaisir de publier en poche
"Action Immédiate", mon préféré.
prix 8,50euros


AOUT 2008
Préalablement annoncé sous le titre de "Flashback", le nouveau roman de Andy McNab s'intitulera "BRUTE FORCE" (méthode pour trouver un mot de passe)

Le onzieme volet des aventures de Nick Stone sortira le 6 Novembre 2008 en anglais. Il faudra encore attendre un peu pour la publication en français mais voici la traduction du synopsis publié sur
Amazon.uk :

Quelques jours après l'explosion de sa voiture, Nick Stone trompe une nouvelle fois la mort après qu'un motard ouvre le feu sur lui et le rate. Qui veut sa peau et pourquoi ? La meilleur défense est l'attaque. Il faudra que notre héros plonge dans son passé si trouble pour trouver l'origine de cette conspiration.


JUILLET 2008


Après Bravo Two Zero et Action Immédiate, Andy McNab nous livre la suite de ses mémoires dans Seven Troop disponible en Octobre 2008 outre-manche. L'auteur va parler de son histoire d'amitié avec un groupe de soldats durant les dix années où il a servi au sein du "Regiment" de 1984 à 1993.

FEVRIER 2008
Moi et mes voyages , questions de Carl Wilkinson à Andy McNab pour The Guardian


Mon hôtel favori est :


L'Hôtel Splendido à Portofino (Italie ndt) et le Serena Hotel nouvellement réouvert à Kaboul. Ils ont investit environ 35 millions de Dollars pour le reconstruire et complètement surréaliste - vous pouvez manger des sushi et il y a un spa. Mais si je fais des recherches pour un roman, je resterai dans des endroits discrets, parce que c'est ce que mon personnage ferait.

Je rapporte toujours :


je prends les serviettes de l'hôtel. Je ramène aussi les kits de beauté Aveda ou Bulgari pour les filles de mon ami. Quand j'étais dans l' armée, j'étais trop occupé ou trop paresseux pour rapporter des choses sauf une noix de coco peinte de Belize (centre de formation jungle du SAS Ndt)

Je ne retournerai jamais :

Pise en Italie. Tous les guides de tourisme en parlent mais lorsque j'y suis allé il y a deux ans je me suis dit : c'est ça ? Je me suis fait harceler toutes les deux minutes par des vendeurs pour acheter un porte-clé souvenir ou un calendrier et cela dans toute la ville. A l'opposé, Rome a été cent fois plus belle que je ne le pensais.

Je ne voyage jamais sans :

Un nécessaire de toilette et quelque chose pour bien dormir. J'ai appris cela à l'armée. Je voyage léger, je fais attention à prendre peu de bagages. Tu as seulement besoin de trois ensembles de vêtement : celui que tu portes, un sale et un propre.

Mon premier voyage était :


A Gibraltar lorsque j'étais un jeune engagé de 17ans. Je n'avais jamais pris l'avion auparavant et je ne savais même pas où était situé Gibraltar.

Mon compagnon de voyage idéal est :

Ma femme pour les vacances. Quand je fais des recherches dans des coins douteux, je préfère voyager seul. Je dirais que 80% de mes déplacements se font dans le cadre de ces recherches. Je rentre par exemple de Bassora en Irak où je suis resté avec les hommes de mon ancien bataillon. Dans les canaux autour de la ville, ils voient arriver des touristes qui, du pont de leur navire, viennent découvrir la guerre, incroyable !

J'aime :

Voyager en première classe en particulier si je vais aux Etats-Unis comme conseiller sur un film. Mais j'aime aussi les voyages plus actif comme faire de la chute libre et camper sur la zone de saut. Je fais un peu de randonné chaque année, rien d'extraordinaire, le Mur d'Hadrien ou les environs de Chamonix.

en voyage, j'aime découvrir :

Toutes les différentes choses qu'offre un pays étranger, des boissons étranges dans le mini-bar aux chaînes de TV locales . J'aime les regarder- vous finissez par apprendre beaucoup des petites choses. Les actualités iraniennes débutent avec des images de véhicules blindés qui est un montage grossier.

Mon meilleur conseil est :

Portez toujours son passeport. Je le garde dans une poche autour du cou. J'y garde aussi mes cartes de crédit au cas ou l'on me volerait mon porte-feuille.

Le meilleur endroit où je suis allé :

HongKong. J'adore. J'y suis allé plusieurs fois et j'ai même passé quelques jours en prison là-bas. Je veux aussi retourner à Macao pour voir l'immense casino qu'ils ont construit.


texte original traduit par Menator


Janvier 2008

Andy McNab continue la promo de son nouveau roman CrossFire. Il a participé ce week-end à l'émission anglaise Big Brother "Celebrity Hijack sur Channel Four. Il s'agit d'une nouvelle version du jeu de TV réalité où l'ex sergent SAS a fait le show encagoulé. Je vous laisse admirer :

Andy McNab in the booth

Personnellement je dirai qu'il a soit un mauvais conseiller soit des dettes...


La presse anglaise parle énormément de l'auteur qui fait la promotion de son dernier roman Cross Fire.
Je vous invite à découvrir un interview en quatre parties vidéos réalisé par Rob McGibbon un journaliste indépendant anglais qui a écrit des livres sur les Spice Girls et Eminem...
http://www.accessinterviews.com/page/meets

J'en profite aussi pour signaler un miniscoop relevé par Alice il y a un mois dans cette vidéo, notre auteur fétiche apparait à visage découvert entre deux tirs de 40mm ! S'agit-il d'une erreur ? On peut en douter vu que McNab a toujours protégé son image.

Novembre 2007

Décidément l'auteur ex-SAS Andy McNab surfe sur les nouvelles technologies. Après avoir été un des premiers à proposer ses récits en audio pour les téléphones portables, il vient de créer sa page facebook

mcnab-facebook.jpg



Une fois inscris vous pourrez faire parti du cercle de ses fans et recevoir diverses informations.
Rien de bien extraordinaire mais cela doit séduire ses lecteurs plus jeune.

source : http://greymansland.com/andymcnabnews/?p=72

Octobre 2007

Un nouveau site vient d'ouvrir. Il regroupe des vidéos de combats actuels en Irak ou Afghanistan. Ce genre de sites de vidéos militaire font un tabac chez les anglo-saxons, j'y puise régulièrement des vidéos intéressantes. Les producteurs utilisent le nom McNab pour créer une nouvelle base cependant il n'y a rien d'original, des commentaires auraient été un vrai plus et auraient pu faire la différence. Je vous laisse découvrir et juger par vous-même :

BattleSeen.com

On attends toujours la mise en place du forum sur son site officiel ...

Juillet 2007

Nous sommes le 2 Juillet, le site officiel d'Andy McNab a enfin ouvert ses portes. Vu l'attente, j'avoue être un peu déçu. Les photos ne sont pas originales, il s'agit d'un ensemble de belles images des derniers déploiements britanniques parus dans la presse, j'aurai aimé des photos personnelles ou des souvenirs de l'écrivain du genre Andy en tenue CTW fin 80's. Le forum, l'autre attente du site, n'est toujours pas activité.

Il nous reste la biographie qui est complète. On apprend plein de bonnes choses notamment l'officialisation de l'adaptation cinéma de "Ordre de Tuer". Cela fait deux ans que l'on en parlait mais rien n'était officiel. 

Juin 2007

En ce lendemain de fête de la musique nous allons parler... musique ou festival de musique plus précisément.

Glastonbury soft

Connaissez-vous le festival de Glastonbury ?

Il s'agit d'un des plus anciens festivals de musique rock et d'art de scène de Grande-Bretagne puisqu'il a débuté en 1970 en plein période hippie et les adeptes cultivent depuis cette mentalité. En 2005, 150.000 festivaliers ont gouté aux joies de la musique pop en plein air et aux expériences hallucinogène en tout genre dont la recherche fait parti de la culture de ce festival.

Alors maintenant vous vous dites "où veut-il en venir ?"

Et bien cette année l'ex-SAS et auteur à succès Andy McNab dispense des cours de survie pour les festivaliers.

Glastonbury hardcore

Voici les conseils de l'ex SAS :

  • Apporter une tente, des chaussures et des chaussettes de rechange
  • Manger des fruits et des légumes en quantité
  • Rester accompagné de ses amis
  • Eviter les trafiquants de drogue

Je sais, vous vous dites que c'est n'importe quoi . Mais les organisateurs ont préféré jouer sur la notoriété de McNab pour rassurer leur public car le festival se déroule parfois dans des conditions météorologiques dantesques. 

Les fans de McNab critiquait le côté médiatique de Chris Ryan lui repprochant d'être trop médiatique, il semble que McNab suive ses pas... Pour être indulgeant, je rappelerais que Andy McNab est un amateur de musique et du groupe anglais The Jam plus précisément. Son personnage Nick Stone écoute régulièrement des groupes de rock durant ses aventures.

Juin 2006

Voici bientot deux semaines que la presse anglaise signalait la première apparition publique officielle d' Andy Mc Nab lors du festival de livre de Hay. Mc Nab est donc apparu pour la première fois à visage découvert. Le seul problème est que la presse a relaté l'évênement mais je n'ai vu aucune photo !

photo lors d'une dédicace de "Deep Black"  en 2004

Voici un interview de l'auteur disponible sur le site officiel du Hay festival 

Mai 2006

L'auteur Andy McNab a fait son "coming out" en apparaissant publiquement ce week-end au "Hay festival",un important salon littéraire anglais. 

Depuis qu'il a quitté le 22SAS, l'auteur à succès apparaissait masqué pour, selon lui, des raisons de sécurité. On peut penser qu'il s'agissait aussi de peaufiner le personnage de vétéran des forces spéciales.

Les photos officielles d'Andy MC Nab était plutôt dans ce registre :

A ma connaissance, il n'existait que cette photo où il apparaissait visage découvert:

Je n'ai pas trouvé de photo de cette apparition seulement un article sur le site de la BBC

Repost 0
Published by MENATOR - dans LIVRES -CINE -1-6
commenter cet article
22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 13:14

oies-sauvages.jpg



L'excellent film de Andrew Mc Laglen "les oies sauvages" avec Richard Burton et Roger Moore sera réadapté au cinéma en 2010.
 Ce film réalisé en 1978, dressait un portrait très réaliste des guerres post-coloniales et des mercenaires. on pouvait y voir quelques berets SAS dans la scène de l'entrainement. 

à suivre :  http://us.imdb.com/title/tt1110286/
Repost 0
Published by MENATOR - dans LIVRES -CINE -1-6
commenter cet article
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 12:26
Connaissez-vous ce film : The Odd Angry Shot ?


Il s'agit, à ma connaissance, du seul film traitant des opérations SASR durant le conflit vietnamien. Le gouvernement australien a envoyé des SAS pour aider les forces américaines lors des patrouilles de reconnaissance en profondeur.

Ce film a été réalisé en 1979 par Tom Jeffrey, il raconte l'entrainement, les opérations de reconnaissance et le dur retour à la vie civile de soldats SAS. Il a été tourné dans le véritable centre d'entrainement jungle de Canungra. Andy McNab le cite comme le film de guerre le plus réaliste selon lui.

source : wikipedia
Repost 0
Published by MENATOR - dans LIVRES -CINE -1-6
commenter cet article
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 11:39
Iran-map.jpgFrontière Iran/Irak 2007 : Les SAS ont effectué plusieurs raids en Iran pour chasser les trafiquants d'armes et les terroristes qui se servent du pays comme base arrière dans leurs opérations en Irak. Officiellement les troupes britanniques qui surveillent la frontière sud dans la région de Bassora ne la franchissent pas mais Mick Smith un journaliste du Times spécialisé dans le renseignement assure que plusieurs raids meurtriers ont été effectué. Il parle aussi de nombreux survols du pays par des avions espions américains. Les forces spéciales anglaises opèrent avec leurs homologues australiens et américains et le risque est très important surtout dans la situation actuelle. Il y a déjà eu deux captures de SAS et il faut rappeler que le gouvernement anglais a signé la charte du Tribunal Pénal International mais pas les américains. Des SAS pourraient donc être un jour poursuivi pour violation de la souveraineté d'un Etat.

source : http://www.timesonline.co.uk/
Repost 0
Published by MENATOR - dans 2001-2012
commenter cet article
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 16:24

DSCN4196.JPG

 



Nos amis du 5th SAS souvenir group nous a fait visiter un musée comme on n'en voit plus. Situé à Chaumont dans le Brabant Wallon, il regroupe dans une maison municipale une collection privée vraiment incroyable.
L'originalité outre la richesse de la collection tient dans l'agencement des vitrines qui rappelle les vieux musées d'antan. En effet il y a de tout partout ! Livres, documents parfois exceptionnels, objects rares et de superbes mannequins. 

 



La ligne KW est une zone de défense fortifiée avant guerre qui reliait Anvers à Namur . Une pièce rappelle donc la drôle de guerre puis l'offensive éclair allemande. La vie quotidienne des civils est évoqué avec la défense passive, l'exode puis l'occupation.

DSCN4184-copie-1.JPG

 



Dans chaque pièce une période de la guerre est évoquée : la blitzkrieg et l'occupation en Belgique et en France, la guerre sur le front de l'Est, l'univers concentrationnaire :

DSCN4192-copie-1.JPG

 



Les campagnes en Europe de l'ouest du débarquement à la bataille des Ardennes :

 



Les pièces sont étroites et il est difficile de prendre des photos, dites-vous qu'il y a autant d'objects à gauche et à droite sur chaque photo !

DSCN4195.JPG

 



Dans une autre pièce sont rassemblés les pièces en relation avec les forces aériennes :

DSCN4191.JPG

 



Une collection d'objects spéciaux provenants des labos du SOE comme cette tenue de saut :

DSCN4188.JPG

 



Mais ce qui retiendra notre attention reste la salle consacrée aux commandos et SAS belges avec des pièces remarquables comme cette smock desert :

DSCN4189.JPG

 



cette collection de dagues fairbairn et écussons SAS :

DSCN4187.JPG

 



un mannequin SAS avec plaques de blindage typique des équipages de Jeep ainsi qu'un para en tenue de saut d'entrainement :

DSCN4186.JPG

 



d'autres objects originaux dont un beret sable authentique :

DSCN4190.JPG

 



Ce musée peu connu mérite le détour, cette collection a été rassemblé durant de longues années et ressemble à la caverne d'Ali Baba du collectionneur SAS, les vitrines commando du Musée Royal de L'Armée Belge fait pale figure. 
Merci encore à son propriétaire et à Phil pour la visite privée.

Repost 0
Published by MENATOR - dans RECONSTITUTION
commenter cet article
28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 14:59

Septembre 2007 photos de Christian



Voici la tenue que portaient les SAS français du Capitaine Bergé lors des opérations en Libye en 1942. Les Français sont incorporés dans le régiment SAS de David Stirling. Ce n'est qu'à leur retour en Angleterre en 1943 qu'ils vont former deux régiments distincts le 3eme et 4eme SAS. Dans le desert ils opèrent avec les anglais, on les appelle les français libres.

La tenue légère est en aertex, ils portent le ceinturon léger mais le reste du pako est à portée de main si un avion les prend en chasse, il faut quitter le vécicule rapidement en prenant le nécessaire de survie : eau, rations et dattes sèches.

Le beret sable n'est pas officiel et les français portent le calot avec l'insigne SAS sur le coté gauche. Les ailes égyptienne , qui signifie que ces hommes ont effectué trois missions de guerre, sont portées sur la poitrine à gauche.
L'armement individuel est composé du colt45, de mitrailleuses thompson 1928, un lee enfield mkIII est souvent logé à l'arrière pour un tir de précision. Le matériel italien ou allemand est généralement récupéré.

La jeep est armé de deux vickers K d'aviation jumelées et d'un calibre 50 à l'arrière. Les configurations varient mais ces armes confèrent à l'équipage une puissance de feu extraordinaire. L'espace restant est occupé par les réserves de carburant, d'eau et de munition.





 
Les nuits sont fraîches dans le desert, les hommes s'habillent chaudement. Ils portent leur battle dress mod37 et tout les vetements chaud en dotation à l'époque. Ils utilisent parfois les habits locaux comme on peut le voir sur de nombreuses photos. Bergé cependant n'aimait guère ce genre d'excentricité et les tenues françaises restent très règlementaire.









Cette jeep appartient à Willy, les photos ont été prises par Christian que nous tenons à remercier pour leur acceuil et leur sympathie. Nous avons aussi une pensée pour Théau.

Voici le site de leur groupe : l'ecadron bearn bigorre
La restauration de la jeep SAS de Willy
Repost 0
Published by MENATOR - dans TENUES
commenter cet article

Articles Récents

Catégories