Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 00:49

Biographie : Général Sir Michael ROSE

 Le Général Sir Micheal Rose est né aux Indes britanniques en 1940, il étudia dans de prestigieuses universités à Oxford et à la Sorbonne à Paris. Il entra dans l'armée en 1959, passa quelques années chez les "Coldstream Guards" en 1964 puis fut promu "brigade major" (Colonel en français) au 16eme régiment de parachutiste de 1973 à 1975.

Il est ensuite "Commanding Officer " au 22SAS de 1979 à 1982. Il fait parti des officiers SAS chargés de l'opération Nimrod visant à libérer les otages de l'Ambassade d'Iran. Il supervisa les opérations spéciales durant la guerre des Malouines. Il continua une brillante carrière d'officier dans l'Infanterie puis dans le domaine des opérations spéciales.

De 1994 à 1995, il dirigea la force de protection de l'ONU en Bosnie. Il termina sa brillante carrière en 1997, il est un des officiers les plus décorés de l'Army.

En 1998, il écrit "Fighting for peace", un livre où il analyse l'action de l'OTAN et de l'ONU dans les guerres de l'après Guerre Froide comme en ex-yougoslavie. Il étudie le rôle des forces armées dans les missions humanitaires face à l'image, aux politiques et aux opinions publiques.

Il est actuellement directeur de "Control risk group", une agence de consultation en sécurité fondée par trois officiers SAS en 1975. Il est surtout connu en Grande-bretagne pour son opposition à Tony Blair et à la Guerre d' Irak. Il a plusieurs fois accusé publiquement le Premier Ministre d'avoir fourni de fausses preuves pour préparer l'opinion publique à la guerre. Il milite actuellement pour le retrait des troupes britanniques et termine son second livre intitulé "Washington's War".

Article sur M.ROSE et son opposition à la Guerre d'Irak : http://22sas12.over-blog.com/article-6586751.html

Sir Peter de La billiere : http://22sas12.over-blog.com/article-1792331.html

Opération nimrod : http://22sas12.over-blog.com/article-2371345.html

Site de la société Control Risk Grouphttp://www.crg.com/default.aspx

Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 16:16

Bien qu'il n'existe peu de sources sur le 22SAS, le Regiment joue de son image. Pour beaucoup, le SAS évoque la tradition, les missions commando dans le desert durant la Guerre du Desert, l'excellence dut à un entrainement intensif et le secret à cause des missions peu médiatisé sauf à de rares occasions.

Parmi le lot d'images associées au Regiment, on retrouve le beret sable, le glaive ailé, les jeeps dans le desert ou les hommes en noir se "balançant" au balcon de l'ambassade d'Iran à Londres. Peut-être avez-vous entendu parlé de Pelerin "pilgrims" en anglais ou bien de cette phrase "We are the Pilgrims, Master We shall go always a little further" et vous vous etes demandé son origine. Je vais tenter d'y répondre.

James Elroy Flecker 1884-1915

Cette phrase est tiré de l'oeuvre The Golden Journey to Samarkand de l'auteur britannique James Elroy Flecker. La voici dans son intégralité :

We are the Pilgrims, master; we shall go
Always a little further: it may be
Beyond the last blue mountain barred with snow,
Across that angry or that glimmering sea,
White on a throne or guarded in a cave
There lives a prophet who can understand
Why men were born.
We are fools, but surely we are brave,
Who make the Golden Journey to Samarkand.

tour de l'horloge à la caserne de Hereford

La phrase "We are the Pilgrims, master; we shall go Always a little further" est écrite sur la tour de l'horloge de la caserne du 22SAS à Hereford où sont aussi gravés les noms des morts du Regiment. Elle peut la traduire ainsi en français :

Nous sommes les pélèrins, oh maitre, nous irons toujours plus loin.

Il faut tout d'abord enlever l'image religieuse de cette phrase comme il en est trop souvent le cas. Dans l'oeuvre complète, les pélerins répondent au maitre d'une caravane qu'ils croisent et qui leur déconseille d'emprunter la route pour Samarkande. Il est donc ici question de DETERMINATION.

Cette phrase rapelle que malgré les pertes et la difficulté des missions, les hommes du SAS veulent repousser leurs limites et atteindre leur objectif.

 

affiche SAS 

On trouve souvent des t-shirt ou des posters avec cette phrase parfois accompagné de trois SAS en tenue CRW des années 90. Je ne sais pas son origine, on retouve souvent cette image et elle a été reprise par des loyalistes irlandais sur une fresque murale de "Mersey Street" peinte en 1996  dans les quartiers Ouest de Belfast. Il n'y a pas de S10 ni de MP5 mais des cagoules et des AK car il n'est cette fois pas question de SAS mais de combattants paramilitaires pro-anglais.

fresque murale loyaliste

En savoir plus :

CTW wings : http://22sas12.over-blog.com/article-2513242.html

Je ne sais pas si l'oeuvre de J.Elroy a été traduite en français mais je vous invite a la découvrir gratuitement ici :

http://www.gutenberg.org/etext/3834

Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 23:51

 Je vous parlais dans un précédent article de l'affaire du vol British Airway 149 londres- Kuala lumpur qui fit une escale non prévue sur le tarmac de l'aéroport de Koweit City au matin du 2 Août 1990 quelques minutes après l'invasion du pays par les forces irakiennes. Les passagers furent fait prisonniers et servirent comme bouclier humain, certains durant plus de trois mois. Pourquoi la compagnie BA a fait cette escale alors que le monde entier s'attendait à une attaque irakienne ?

A bord de ce vol, il y avait des membres des services spéciaux anglais qui disparurent à l'atterrissage. Les passagers portèrent plaintes contre le gouvernement anglais et en 1996, ils furent indemnisés. Par exemple, les 61 passagers français reçurent 50.000 £ de British Airway. L'affaire semblait classé mais le 16 Octobre 2006, l'association des passagers et de l'équipage du vol149 a fait une conférence de presse où elle demande une nouvelle enquète pour éclaircir cette affaire. Voici pour résumer ce qui nous savons :

Les mystérieux passagers étaient au nombre de neuf. Il a été question dans un premier temps de membres du 22SAS ce qui a été nié par la suite par l'ancien Premier Ministre John Major. Comme on l'accusait à l'époque d'avoir transporté des militaires sur un vol civil il s'était défendu en précisant qu'il s'agissait de membres des services secrets.

On a donc parlé de personnels du MI-6 (service d'espionnage à l'étranger, la DGSE anglaise). D'après Stephen Davis, elle a été planifié avec l'aide de l'ambassade anglaise et l'antenne locale du MI-6 avec des hommes de ce service ce qui a permis au Premier Ministre britannique de ne pas mentir en disant que l'avion n'avait pas été utilisé pour infiltrer des militaires (en réponses aux rumeurs impliquant les SAS), car les infiltrés n'avaient pas le statut de militaires. Des soldats irakiens avaient été signalé aux abords de l'aéroport  mais les services anglais avaient garanti la sécurité de l'atterrissage du Boeing 747.

Avant l'arrivé des soldats irakiens, les neufs hommes ont quitté le tarmac et on rejoint les faubourgs de la ville pour étudier les mouvements de troupes irakiens et d'organiser la résistance kowetienne. D'après Stephen Davis, leur travail fut d'une grande utilité mais il dénonce aujourd'hui les mensonges d'état et souhaite comme les passagers que la vérité soit enfin dite sur cette affaire.


source :
presse anglaise du 16 et 17 Octobre 2006

Invasion du Koweit : http://22sas12.over-blog.com/article-1881728.html

Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
31 août 2006 4 31 /08 /août /2006 00:23
 Après plusieurs années de lutte contre la guérilla communiste dans les jungles de Malaisie , le 22SAS quitte ce pays lorsqu’il obtient son indépendance en 1957. Le A Squadron rejoint la Grande-Bretagne, le B Squadron est dissout et le D Squadron part pour Oman.
 
 
Le sultanat d’Oman se situe à l’extrême Sud-Est de la péninsule arabique. Le pays est bordé par la Mer d’Oman et la majeure partie de son sol est constitué de déserts et de montagnes où les variations de température sont importantes.

Vue satellite du détroit d'Ormuz

La péninsule de Musandam, est stratégiquement placée à l'entrée du détroit d'Ormuz mais elle est séparée du reste du territoire par les Émirats arabes. L’armée britannique contrôle ce site stratégique et soutient le sultan Said ibn Taymour descendant d’un longue lignée de sultans dont le premier avait chassé les turcs dès le 18ème Siècle.
 
Depuis 1891, le sultanat est sous protectorat anglais mais les institutions sont figées entre une société tribale traditionnelle et un sultan qui est tourné vers l’Ouest. Une opposition à caractère marxiste se forme pour changer les institutions. Soutenue par le Bloc de l’Est, elle s’organise et s’arme.
 
Le D Squadron va continuer la lutte contre-révolutionnaire avec les mêmes techniques entreprises dans la jungle mais cette fois en zone désertique et face à une population bédouine. Il sera rejoint dans sa tache par le A Squadron un an plus tard en 1959.
 
Le pays trouvera un semblant de stabilité grâce à cette intervention britannique mais la menace communiste reste latente et une guerre de palais gronde.
 
Les deux Squadrons du 22 SAS quitte le pays fin 1959 laissant quelques hommes pour former les soldats de l’Army aux techniques de contre-révolution et à l’évolution en milieu aride.
 
Articles :

Malaysie 1950-1957 : http://22sas12.over-blog.com/article-2106717.html

Organisation du 22SAS : http://22sas12.over-blog.com/article-2502672.html

à suivre épisode héroique d'un groupe de SAS à Oman en 1970 ...

Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 15:21

22 SAS The Regiment 

Le 22 est le régiment SAS d’active.

Il est constitué de quatre  « Squadons » : A, B, D et G.

Du « 264th (SAS) Signals Squadron » qui est un régiment de transmission soutenue par la R-troop, son unité de réserve.

Le « L Detachement » anciennement « R Squadron » qui, bien qu’affilié à la « Territorial Army », est à même de fournir des troupes de remplacement. Le  « L detachement» est la seule unité de la « T-A » autorisé à compléter les éventuelles pertes du 22 SAS.

Le tout est dirigé par un « Squadron » d’état major .

Ces quatre « Squadrons » sont organisés de façon originale, ils sont formés chacun de quatre « troops » spécialisées :

- La « Boat Troop » pour le milieu aquatique, avec transport en vedette rapide, kayak, plongée, sous-marin de poche.

 - La « Mountain and Arctic Troop » en zone de montagneuse ou dans les régions arctique du globe.

 - La « HALO Troop » pour « Hight Altitude Low Openning » ou « Hight Opening HAHO », il s’agit de chuteurs opérationnels largués à très haute altitude avec masque à oxygène qui peuvent parcourir plusieurs kilomètres en territoire ennemi de manière difficilement détectable par la défense anti-aérienne. 

 - La « Mobility Troop » pour le milieu désertique et de manière motorisée (Moto, Land Rover…)

 

Chaque « troop » est composée de plusieurs « patrols » de quatre opérateurs ayant chacun une spécialité : 

-         Démolition

-         Transmission

-         Médecine

-         Linguistique

Le « squadron » d’état major peut donc utiliser plusieurs « troop » différentes suivant le type de mission, il peut aussi organiser des « troops » ou des « patrols » mixtes en réunissant des éléments spécialisés de plusieurs unités.

 

La deuxième originalité réside dans le principe du «CTW Wings» :

 

 

Le “Counter Revolutionnary Warfare CRW” aujourd’hui “Counter Terrorist Warfare-CTW” fut crée après les évènements dramatiques des JO de Munich en 1972 afin de contrer la nouvelle menace terroriste. Une petite base de spécialistes notamment du tir à l’arme de poing du « Regiment » fut chargée de développer des techniques de combat en milieu clos et de former tout un « Squadron » à ce type d’intervention. La véritable originalité de cette escadre réside dans le fait que tous les « Squadrons » opèrent à tour de rôle la fonction de groupe anti-terroriste sur une période de six mois. Ce Squadron prend le titre de « Pagoda troop » et ses « troopers » sont généralement surnommés les pèlerins « pilgrims ».

 Photo très connue d'une CRW team fin 80's
 
Ces drôles de pèlerins dans leur combinaison noire s’entraînent dans un bâtiment devenu mythique : « The killing house ». Il s’agit d’un hangar avec des structures modulaires permettant de recréer toutes sortes de pièces. Les « troopers » peuvent ainsi s’entraîner au combat en milieu clos mais aussi recréer un bâtiment spécifique où ils sont censés intervenir afin de se familiariser. Les hommes du 22SAS surnomme la « killing house » « l’abattoir » et beaucoup ont fait la même description de l’âpreté de l’air à cause du très grand nombre de munitions tirées. Mc Nab résume l’entraînement et l’acquisition de réflexe au fait de « tirer, tirer et encore tirer ». « The killing house » fait parti du folklore et de l’imagerie liée au 22SAS.
 
Un C130 de la RAF est toujours à disposition de l’escadre CTW afin que ses éléments puissent rapidement opérer partout dans le monde. Des « pilgrims » sont intervenus avec le GSG-9 à Mogadiscio en 1977 ou à Lima au Pérou en 1997.
 
Il n’y a donc pas une seule unité figée mais un roulement au sein de chaque « Squadron ». Le 22SAS dispose ainsi d’une unité en alerte permanente mais surtout d’un très grand nombre d’opérateurs formés à ce type de combat grâce au cycle de formation.

Impression CRW années 90
Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
16 avril 2006 7 16 /04 /avril /2006 19:38
Réserve SAS TA
 
Il existe trois « SAS regiments ». Le plus connu est le 22SAS , le régiment d’active.
Mais il y a deux autres unités : les 21 et 23 SAS qui sont des unités de la réserve anglaise, la « Territorial ARMY » ou TA.
 
Le 21st SAS Regiment « Artist’s Volunteer » est le plus ancien, il est cantonné en banlieue de Londres. Il se compose de trois « sabre squadrons » les A, C et E squadron.
 
Le 23rd SAS Regiment est basé à Birmingham, il se compose lui aussi de trois compagnies les A, B et C squadron.
 
Les 21 et 23 accueillent des vétérans du 22 SAS, ils servent aussi de tremplin aux futures recrues de l’unité d’active. Les hommes restent cantonné sur le territoire national. Avec la développement des Sociétés Militaire Privée qui recrutent énormément au sein du 22SAS, les régiments de réserve se retrouvent en manque de vétérans qualifiés qui quittent l’armée pour le mercenariat moderne et ses ressources plus intéressantes.
 
Les images du 22 SAS sont rares, la majorité des photos ou vidéos disponibles sous la mention UK-SAS ont été pris dans la réserve qui ouvre plus facilement ses portes aux journalistes.
Le 22 SAS a délaissé le fusil d’assaut anglais L85 au profit des armalites canadien. La TA utilise elle le L85, les photos de personnels utilisants cette arme sont donc celles de réservistes.
 
Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 12:03
Opération « Nimrod »
 
 Il s’agit sûrement de l’opération la plus connu du « Regiment ». Elle a été surmédiatisé outre-manche. Elle est aussi le reflet d’un époque : celle du début des années 80 avec le développement du terrorisme international et des unités spécialisées comme la « pagoda troop » du 22SAS ou l’arrivée au pouvoir de la « dame de fer »  .
 
Le 30 Avril1980, 6 iraniens lourdement armés pénètrent dans le « Princes Gate » l’ambassade d’Iran en Angleterre et menacent les 26 personnes présentes. La police écoute les revendications des preneurs d’otages et commence le long travail de négociation. Au dehors, un mur de caméras se dresse devant la façade du bâtiment de style victorien et l’Angleterre suit en direct le déroulement de l’affaire. Les anglais sont au prise avec l’IRA depuis une dizaine d’années mais il découvre avec horreur une nouvelle menace qui est apparu au grand jour lors de JO de Munich en 1972 .
Durant 5 jours la police va garder le contact avec les preneurs d’otages qui réclament l’indépendance d’une province iranienne le Kuzestan et la libération de prisonniers.
 
Le lundi 5 Mai ils exécutent un otage et perdent ainsi toutes opinions de sortie de crise. Les négociateurs laissent leurs places aux hommes du Squadron B.
Les « troopers » sont répartis en trois groupes. Les deux premiers descendent en rappel le long de la façade et pénètrent dans le bâtiment par les balcons du premier étage. Le troisième groupe est celui de soutien qui pénètre en dernier par la porte principale pour récupérer les otages et les prisonniers.
L’assaut dure 13 minutes, les deux groupes d’assaut font exploser les fenêtres du balcon et pénètrent rapidement dans le bâtiment où ils abattent 5 terroristes et blessent un sixième. Tout les otages sont libérés, deux d’entre eux sont blessés mais il n’y a aucune perte ! Le résultat est exceptionnel vu le manque d’expérience du « CTW wings » à l’époque.
L’action a été filmé en direct par la presse qui va rediffuser en boucle les images lors des journaux télévisés. Le message est clair : l’Angleterre ne négocie pas avec des assassins. Margaret Thatcher montre au monde sa détermination.
 
Les hommes du SAS sont auréolés de gloire et l’image du « trooper » John Mac Aleese sur le balcon de « Prince gate » fera le tour du monde et sera associée dans l’imaginaire collectif au 22SAS. Après les bavures perpétrées en Irlande du Nord fin 70, le Regiment était la cible des attaques virulentes de la presse anglaise. Les « troopers » étaient souvent comparés à des « barbouzes » pour leurs opérations clandestines en Irlande . L’opération « Nimrod » leur redonnera un odeur de sainteté auprès de la presse et les anglais verront dans ces hommes aux accoutrements menaçants le rempart contre le terrorisme.
 
Un article sur les polémiques actuelles autour de « Nimrod » est en préparation.

un lien de la BBC :
Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
22 mars 2006 3 22 /03 /mars /2006 09:07

extraction d'un ressortissant britannique

 Depuis la banqueroute de la banque nationale en 1996, l'Albanie connait des troubles. Les réserves d'armes des forces de police ont été pillé, beaucoup de civils sont armés, la mafia tend à remplacer l'autorité de l'Etat. De plus les tentions au Kosovo voisin ne font qu'empirer la situation de crise.

Un coopérant britannique Robert Welch est porté disparu dans le sud de l' Albanie. Une "troop" de 4 SAS est dépêché dans cette région montagneuse. On peut déduire qu'ils ont traversé la frontière via la Grêce pour pénétrer en territoire albanais à bord d'un Land-Rover.

Le 16 Mars 1998, Robert Welch est localisé puis emmené par les SAS sur les rives de la méditerranée où les attendent deux hélicoptères de la RAF.

Le premier est un hélicoptère "gunship", il assure la sécurité et le deuxième est un gros bi-rotor Chinook avec à son bord un groupe de soutien. Cette équipe ne perdra pas de temps à sécuriser la plage puisque le puissant 4X4 Land-Rover s'engouffre à l'intérieur du Chinook.

La mission est rapide, Robert Welch et son équipe de secours sont sain et sauf. Il ne s'agit pas là d'une grande opération d'envergure mais elle fait parti du quotidien des hommes du 22SAS. Je n'ai pas trouvé beaucoup de sources faisant mention de cette opération.

Autre opération dans les Balkans : http://22sas12.over-blog.com/article-1796004.html

Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 14:21
« Renaissance » du SAS et la crise malaise
 
Les quatre régiments SAS furent dissous à la fin du second conflit mondial. Les hommes du 1er et 2sd SAS intégrèrent majoritairement des unités parachutistes anglaises .Les français et les belges du 3ème et 4ème SAS retournèrent dans leur terre natale enfin libérée et certains continuèrent un service dans les forces armées.
 
La guerre a considérablement affaibli les puissances coloniales européennes. Des mouvements nationalistes éclatent en Asie et en Afrique certain d’inspiration marxiste. En Malaisie, une guerilla communiste sévit dans les zones rurales et trouve refuge dans la jungle.
Les anglais réagissent en créant le « Malayan Scout » dont la mission consiste à mener la vie dure aux guerrieros au sein même de leur sanctuaire : la jungle.
Le premier "squadron", le A, est formé en octobre 1950 avec des SAS et des "chindits" vétérans de la Seconde Guerre Mondiale. On trouvera même dans le "A squadron" des déserteurs de la légion étrangère engagée en Indochine. Au total 5 "squadrons" seront constitués dont le "C squadron" comprennant des volontaires de Rhodésie.
La mission du « Malayan Scout » réside dans des patrouilles et des embuscades.  Les hommes vont développer une tactique originale :
Enfin de s’assurer du soutien des tribus locales, les docteurs des unités anglaises se mirent au services des villageois, réalisant ainsi de précieux contacts. Le « medic » d’une patrouille en profondeur pouvait réaliser des opérations délicates sur des enfants de villages isolés. Cette tactique sera employée lors de toutes les guerres coloniales.
 
En 1951, le 21 SAS est crée sur la base d’un régiment territorial. La « Territorial Army- TA » est l’armée de réserve qui reste en général cantonnée sur le sol britannique ou joue un rôle de soutien. L’année suivante en 1952, le 22SAS est formé à son tour suivi d’un autre régiment de la « TA » : le 23 SAS en 1959. Les "squadrons" A, B et D du "Malayan scout" intègreront le 22SAS. Les membres du "C squadron" rentreront en Rhodésie en 1953.
Alors que la Malaisie acquiert son indépendance en 1957, l’Angleterre s’engage dans la voie de la décolonisation et de la « guerre froide » avec ses lots de conflits auquel les SAS vont participer.
 
En savoir plus :
Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 01:32

Ambassade du Japon, Lima, Perou 1997

Le 18 décembre 1996, un groupe armé pénètre dans la résidence de l'ambassadeur du Japon à Lima. Ils prennent en otage plusieurs centaines de personnes dont le ministre de l'agriculture péruvien et des ambassadeurs occidentaux. Le groupe menace d'exécuter des otages si tout les prisonniers du MRTA ne sont pas libérés.

Le MRTA (Mouvement Révolutionnaire Tupac Amaru) est un groupe révolutionnaire qui lutte contre le pouvoir péruvien. Face à eux, le président péruvien Fujimori se targue en cette fin 1996 de les avoir mis au pas. Le MRTA avait déjà pratiqué l'enlèvement d'industriels ou l'attaque d'ambassades mais il est décidé à frapper un grand coup afin de prouver que Fujimori n'a pas affaibli le mouvement. Le choix se tourne sur l'ambassade du Japon qui est le pays d'où le président est originaire mais aussi et surtout un partenaire économique privilégié du Pérou.

Le 19 Décembre, le MRTA détient 365 otages et demande la libération de plusieurs centaines de guerrieros incarcérés en prison, et notamment celle de leur chef, Victor Campos.

Le 23 Décembre, il fait "un geste pour Noel" en relâchant 221otages. Il s'agit surtout pour les preneurs d'otages de se délester d'un aussi grand nombre de prisonnier. Ils gardent 140 otages dont les personnalités les plus importante.

Durant les premiers mois de 1997, des otages seront libérés par petit groupe. Ils témoignent de la dégradation des conditions de vie mais n'ont subit aucun mauvais traitement. Les autorités péruviennes restent inflexibles. Le gouvernement nippon tente de faire pression afin de régler l'affaire de manière pacifique en vain. Face à cette détermination, le MRTA revoit ses revendications à la baisse. Alternant menaces et négociation, le groupe n'arrive pas à se faire entendre une seule solution semble maintenant inévitable...

Assaut filmé en direct

Le 23 Avril 1997, après 4 mois de négociation, 71 otages sont libérés après l'assaut des forces péruviennes. Un otage et deux militaires trouvent la mort ainsi que les 14 guerrieros présents lors de l'assaut. Le déroulement de l'assaut a été filmé : tireurs sur les toits et groupe d'intervention pénétrant par le hall d'entrée. Quelques heures et des coups de feu plus tard, le président Fujimori parade avec ses hommes, devant les cameras, piétinants les banderoles du MRTA. Pour le président c'est un triomphe mais pour les sympatisants du MRTA, il s'agit d'un massacre. Ce sont d'ailleurs eux qui les premiers, vont parler de la présence étrangère lors de l'assaut.

Quelques mois après la libération de l'ambassade, la presse va parler de la présence d'agents du FBI puis de la Delta Force pour finalement aboutir au 22SAS. Selon plusieurs journaux britanniques, le véritable "travail" aurait été effectué par des "troopers" anglais. Grâce à trois tunnels creusés sous l'ambassade, les éléments du SAS auraient les premiers pénétré dans le bâtiment assurant la sécurité des otages lors de l'assaut massif des forces armées péruviennes. Au moment où Fujimori et ses hommes paradaient devant les caméras, les hommes du "Regiment" étaient déjà à l'aéroport. S'agit-il d'une légende ? Les hommes du SAS ont sûrement opéré comme conseillers mais ont-ils réellement participé activement et de façon aussi décisive à l'assaut ? Aucune institution officielle n'a encore confirmé le rôle exact du 22SAS dans cette affaire.

Repost 0
Published by MENATOR - dans 1952-2000
commenter cet article

Articles Récents

Catégories