Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentations

Le 22SAS12 est un groupe de reconstitution de Parachutiste SAS Français Libre et du 22eme régiment SAS anglais. Ce blog présente notre approche particulière de la reconstitution mais il s'adresse aussi à tous les passionnés des SAS. Nous parlons des opérations, des équipements mais aussi de littérature, de cinéma et de l'actualité. Crée en 2006, ce blog est devenu la première source francophone sur le "Regiment" !   
En savoir plus

22SAS12 is a group reenacting WW2 era Free French SAS paratroopers and the modern 22 SAS. This blog presents our particular approach of the reenactment but is also aimed at all people passionate about the SAS. We talk about operations, equipment but also about literature, cinema and the current events. Created in 2006, this blog has become the premier French-speaking source on the "Regiment" !

More information 

Recherche

18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 23:05

Ce raid a débuté de façon très originale avec pour la première fois un déploiement en ville. Nous avons récupéré les ordres de mission après un périple urbain dont je ne dévoilerai pas le contenu afin de laisser la surprise aux prochains participants, il a été simplement question de fleuriste, de Prince Albert, de Valkyrie et d’une bonne dose de « psychotage » en règle…

0313-2361.JPG

 

Notre préparation de mission se déroule dans l’arrière salle d’une brasserie :

Notre groupe surveille les activités d’un groupe ennemi en territoire ami. Ce groupe ennemi est en contact avec un trafiquant pour acheter des explosifs. Les écoutes téléphoniques révèlent qu’ils doivent prendre contact en montagne dans un lieu isolé demain. Une équipe indicatif Dragon est déjà sur zone pour surveiller ce lieu, nous devons établir le contact avec elle et nous mettre sous ses ordres avant le lever du jour.

 

La zone est en moyenne montagne avec des forets de résineux et quelques pâturages. Les températures sont négatives, il y a de la neige au sol, le ciel est couvert, on ne voit pas grand-chose mais le plus gênant reste un vent qui en plus d’être glacial, altère notre audition.

A partir de notre zone de dépose il y a un chemin direct qui passe par les bois au creux d’une vallée et un second axe dégagé qui contourne les bois en rallongeant considérablement. Par mesure de sécurité nous choisissons la voie la plus longue mais qui nous semble la plus sure. La patrouille indicatif Pégase, composée de 4 honorables membres du SAS12, se met en branle avec armes et bagages à 01H00. Nous progressons sans vraiment de difficulté sur l’axe dégagé lorsque nous entendons dans le vent un bruit de moteur dans la nuit. On se cache dans la neige et on voit passer un géant sur une mini-moto d’enfant… Il est 03H00, nous sommes loin de toutes habitations et on se demande vraiment ce que vient faire ce type… Encore une idée farfelue du Groupe Rhône pour nous faire "psychoter". Nous reprenons notre marche jusqu’à notre objectif que nous atteignons à 05H30. Nous tentons un contact radio avec Dragon pour définir les procédures d’approches en vain.  Comme il est impossible d’établir le contact avec notre équipe AMI, nous partons à la recherche d’une cache avant le lever du jour lorsque nous tombons nez à nez ou plutôt canon à canon avec un binôme Dragon qui nous cherchait dans la nuit noire.

Premier « couac ».

0313.jpg

Dragon a monté un PO/photo au sud de la BLM. Nous devons en établir un au Nord et surveiller le flanc du dispositif. Nous réparons les transmissions puis nous nous dirigeons sur les hauteurs au Nord de l’objectif. Après avoir caché les sacs de vie, Koursk et Frog montent un PO et je pars avec Dress sur le flanc du dispositif. Les com’ radio marchent correctement.

Le jour se lève, les températures augmentent un peu et il pluviote. A 11H00 quelqu’un arrive sur la BLM, il est habillé en randonneur, il urine contre un arbre et repart. Dragon confirme l’avoir vu déposer quelque chose au pied de l'arbre. Nous en référons à notre Autorité qui nous demande d’aller voir. Je pars avec Dress sur les lieux, nous voyons les traces du randonneur, l’odeur de pisse mais rien. A la radio Dragon nous oriente et Dress finit par trouver difficilement une boite de pellicule. A l’intérieur un papier avec une série de chiffres. Nous le prenons en photo et nous remontons en place en veillant à ne laisser aucunes traces. Le code est transmis à notre autorité. La journée se passe dans la Hard routine, après une semaine de travail et une nuit de marche, le sommeil nous tiraille.

15H00 un second individu se présente, il file à la BLM, cherche discrètement la boite puis repart. Après son départ nous vérifions et en effet la boite a disparu. Dragon a prit de belles photos, nous transmettons.

2013-03-23_12-39-14_780.jpg

15H30 alors que je somnole. L’autorité nous ordonne par radio de nous rendre de toute urgence à un point situé en hauteur à quelques kilomètres de notre position. Nous rejoignons Dragon et nous filons avec nos sacs sur les hauteurs au Nord. Caché du soleil, ce secteur est bien enneigé. Alourdi par nos sacs de vie et avec de la neige au mollet, nous prenons beaucoup de retard.

Le message a été décodé : l’ennemi va prendre contact à 17H00 avec un trafiquant connu de nos services dans une cabane de montagne à proximité de notre secteur. Une équipe AMI indicatif Chimère vient d’être déposée à proximité et nous devons nous déployer autour de la cabane pour couvrir l’arrestation.

17H00 nous arrivons à marche forcée à proximité de l’objectif, assez pour entendre un véhicule mais il est trop tard. Nous nous faisons copieusement pourrir à la radio par Chimère qui observe l’échange. Sans notre soutien, ils ont simplement observé la scène sans intervenir: Le trafiquant a déposé une caisse que deux ennemis ont mise à l’intérieur de la cabane. Il est reparti et les deux ennemis sont restés à l’intérieur.

L’autorité nous ordonne de procéder à l’interpellation des deux individus dés que possible. Vu que nous n’avons aucune connaissance du terrain et aucune préparation préalable, un plan d’action basique est sommairement dressé : La cabane possède une seule porte donnant sur une cour au Sud et son seul axe routier. Chimère est positionnée à proximité de cet axe. Dragon va se positionner sur les hauteurs boisées pour couvrir le Nord donc l’arrière du dispositif. Nous devons profiter du seul mur sans ouverture donnant à l’Ouest pour traverser un champ et nous coller à ce mur. Couvert par Chimère il nous suffira de longer les murs de la cabane et pénétrer à l’intérieur pour en déloger les deux occupants.

Tout ce beau monde se met en branle, Dragon est en position, nous traversons le champ à découvert et nous nous collons au mur. J’en informe Chimère qui fait mouvement vers la cour au plus prêt de l’objectif afin de vérifier qu’il n’y a pas de pièges. Nous attendons son TOP. Nous sommes en colonne le long du mur, je suis devant avec Koursk dans mon dos, Frog et Dress légèrement en retrait pour couvrir l’autre angle. J’entends derrière moi les gars enlever la sécurité des holsters de cuisse et ouvrir les rabats des portes-chargeurs.

Comme au ralenti une grenade tombe soudainement devant Koursk et moi (Frog et Dress sont plus en retrait). Un coup de pied dedans avant de me jeter à terre et « Boum ». Ca siffle dans mes oreilles. Alors que je suis en train de me relever, un mec surgi de l’angle saisissant d’une main le canon de mon M4 et de l’autre, tire au PA sur Koursk qui est juste derrière moi, puis il m’en balance deux pleins buffets avant de déguerpir. Je m’écroule à terre imitant Koursk et je vois Frog m’enjamber pour ouvrir l’angle et engager un mec dans la cour. Il tire deux coups sur un gars qui traverse et qui s’avère être un mec de l’équipe Chimère. En face ça hurle « Mais putain regarde sur qui tu tires ! ». Frog se fige, Dress qui est en arrière pense que son binôme est touché, il ouvre son angle et en balance encore deux autres sur le même mec au milieu de la cour qui hurle de plus belle. Si le doute persiste…

Deuxième « couac ».

Chimère finit le travail et neutralise les deux ennemis. Puis vient vers nous pour nous filer un sacré savon. Personne ne moufte bien qu’on sache tous qu’il n’y a eu aucune préparation pour ce coup de main et puis cette fâcheuse habitude de Chimère a barioler leurs tenues ça n’aide pas à l’identification mais ça on le garde pour nous …

Champion des caches et autres PO, nous avions consacrés les derniers drills au tir et règles d’engagement mais il a suffit de quelques heures de sommeil en moins, de quelques kilomètres à marches forcées et d’un peu de stress pour se laisser surprendre et oublier les basiques.

Les morts reviennent à la vie et le scénario repart difficilement. : Il nous faut rejoindre les véhicules avec la caisse d’explosif.

Il va nous falloir 20 minutes pour trouver la caisse  sous les toits de la cabane. Comme à l’habitude (mauvaise) du Groupe Rhône, elle pèse un âne mort. Nous décidons de couper deux jeunes arbres pour la transporter en brancard. Il nous faudra bien autant de temps pour faire ce fichu brancard qui sera au final une mauvaise idée. Le moral n’y est plus et la fatigue nous gagne. Nous finissons par transporter cette caisse de malheur par binômes en une sorte de chaine humaine. Le résultat bien qu’éprouvant fut diablement efficace et aurait fait un superbe spot pour promouvoir la cohésion. Lorsque nous arrivons au véhicule tout le monde est mort. Au lieu de monter à bord, Dragon et Pégase décidons de déposer nos sacs de vie et l’armement pour, dans un dernier sursaut de fierté, rejoindre la zone de vie à pied pour le débriefing.

Lorsque nous arrivons à la zone de vie où crépite le traditionnel barbecue avec le pack de blondes, la nuit est tombée et il pleut. Personne n’a donc le courage de discuter et de vider son sac lors du débriefing final.

Troisième « couac ».

Après une rapide collation, nous filons sous les bâches. Au petit matin le temps est exécrable et chacun ne pense qu’à la longue route du retour. C’est Bravo Two Zero, pas de véritable débriefing pour crever les abcès, chacun va ronger son frein sur la route du retour et ça pinaillera ensuite sur les forums.

En préparant cette OP nous avions oublié de lui donner un nom, c’était sûrement un signe mais elle a été vraiment riche en enseignements qui vous orienter nos drills futurs. Un Ancien nous a dit « lorsqu’une manœuvre se déroule bien ce n’est plus un entrainement mais une parade ».

P1000312

Nous ne saurons rien du mec qui roule en mini moto pour enfant à 3 heure du mat' dans une zone de chasse, il ne faisait pas parti du scénario.

Partager cet article

Repost 0
Published by MENATOR - dans MILSIM
commenter cet article

commentaires

Atlas 12/06/2014 17:19


Régis, j'abonde dans le sens d'Athos. Montez une équipe (3, c'est une équipe, on a commencé à 2 pendant plusieurs mois). On est en région Parisienne (groupe Seine), c'est pas si loin.

Régis 22/04/2014 17:49


chez nous les jeunes ne veulent pas trop bouger, c'est le nord !


déjà essyé mais pris pour un paramilitaire qui veux faire la révolution !!


milles fois hélas!


cordialement

athos 21/04/2014 11:52


Monte une équipe dans ta région et toi aussi rejoins nous...


Vouloir c'est pouvoir.

Régis 19/04/2014 11:18


bonjour,


super votre scénario


comme j'aimerai être dans votre région pour participer


cordialement 


Régis


un gars du nord

Articles Récents

Catégories